Profils nutritionnels : objectiver les conditions d'accès aux allégations

lu 2518 fois

Les allégations figurant sur les aliments semblent constituer un critère déterminant dans l'achat des produits alimentaires. Dans ce contexte, la commission européenne souhaite objectiver l'accès des produits à ces mentions. Appelée à fournir les éléments définissant la position française en la matière, l'Afssa a rendu un rapport.

« Profils nutritionnels : objectiver les conditions d’accès aux allégations » - Crédit photo : www.le-panier-de-phil.com L’existence de liens entre l’alimentation et l’état de santé est à présent clairement démontrée au point de vue scientifique. Ainsi, l’alimentation est impliquée dans la prévention d’un certain nombre de maladies chroniques et peut également a contrario constituer un facteur de risque d’apparition de certaines affections. L’existence de ce lien est de plus en plus clair dans l’esprit des consommateurs et il semble qu’une partie de la population privilégie les aliments supposés « santé » lors de ses choix d’achat. Ainsi, le fait de porter une allégation pourrait constituer un avantage commercial incitant les clients à acheter préférentiellement un produit et potentiellement à en consommer d’avantage comparativement à un aliment non porteur d’allégation.

Partant de ce constat, la Commission Européenne a initié une réflexion visant à objectiver l’accès aux allégations et ainsi à éviter d’encourager la consommation de produits susceptibles de déséquilibrer l’alimentation. La commission souhaitait que la composition globale des denrées soit prise en compte pour l’accès aux allégations afin d’éviter également que le port d’une allégation ne masque la composition globale du produit. Ainsi, un produit globalement peu intéressant du point de vue nutritionnel, mais présentant une teneur élevée en un nutriment intéressant du point de vue de la santé publique, ne pourra plus être porteur d’allégation. Cette réflexion s’est ancrée dans le cadre de la réglementation relative aux allégations nutritionnelles et de santé (Règlement (CE) 1924/2006 du 20 décembre 2006).

Que sont les profils nutritionnels ?

Le profilage nutritionnel des aliments est un concept nouveau, développé dans le règlement européen relatif aux allégations. Destiné à refléter la qualité nutritionnelle globale des aliments et à conditionner leur accès aux allégations, le profilage nutritionnel vise à classer les aliments en fonction d’un certain nombre de critères et notamment de leur composition nutritionnelle. C’est dans ce cadre, et uniquement dans le but de déterminer quels aliments peuvent faire l’objet d’allégations, que le travail réalisé par l’Afssa sur les profils nutritionnels a été réalisé.

Il est également important de préciser qu’il n’existe pas de "bons" ou de "mauvais" aliments et qu’aucun aliment n’est susceptible de fournir l’intégralité des nutriments qui sont nécessaires à l’équilibre alimentaire. L’alimentation est avant tout une question d’équilibre et de diversité et il existe de multiples façons d’atteindre l’équilibre global. C’est la résultante des aliments que nous choisissons de consommer qui font que notre alimentation sera ou non équilibrée.

Le travail de l’Afssa

Basé sur une revue critique des outils de profilage nutritionnel existants, l’Agence a proposé un système de profilage nutritionnel original, construit à partir d’outils précédemment publiés et destinés à la recherche. Système transversal, c’est à dire applicable à tous les aliments, l’outil développé par l’Afssa est basé sur le calcul de deux scores :

  • Le SAIN : score d’adéquation individuel aux recommandations nutritionnelles. Calculé à partir d’un nombre défini de nutriments dits « qualifiants », ce chiffre représente le pourcentage moyen de couverture des besoins en ces nutriments d’intérêt. Les nutriments intégrés dans le calcul du SAIN sont ceux dont la consommation est à encourager car ils sont insuffisamment consommés au regard des recommandations de santé publique.
  • Le LIM : Score des nutriments à limiter. Calculé à partir d’un nombre défini de nutriments dits « disqualifiants », cet indice correspond au pourcentage moyen de dépassement des recommandations nutritionnelles pour ces nutriments. Les nutriments intégré dans cet indice ont été retenus parce que les apports de la population sont supérieurs aux recommandations de santé publique.

Pour chaque aliment à classer, le SAIN et le LIM sont calculés. L’aliment se voit ainsi attribué deux scores. L’accès aux allégations est déterminé en fonction de deux valeurs seuils, une valeur SAIN, correspondant à un minimum à atteindre et une valeur de LIM à ne pas dépasser.

Un outil pratique, flexible et perfectible

Outil modulable et adaptable à l’évolution des recommandations de santé publique, le système proposé par l’Afssa présente en outre l’avantage d’être utilisable pour l’ensemble des aliments sans avoir besoin de considérer séparément chaque catégorie. Flexible quant aux nutriments à intégrer dans le calcul, l’outil proposé par l’Agence permet ainsi de gérer les dérogations prévues par le règlement européen.

Au delà de ces premiers résultats encourageants, d’autres validations sont encore nécessaires notamment à l’aide de modèles mathématiques adaptés et de donnés de consommation.

Pour de plus amples informations, consulter le Rapport de juin 2008 : "Définition de profils nutritionnels pour l’accès aux allégations nutritionnelles et de santé: propositions et arguments" et la Méthode SAIN-LIM : "Pour un étiquetage des aliments selon leur profil nutritionnel"

SOURCE : AFSSA, 2008

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s