Publicité

Probiotiques : démêlez le vrai du faux !

5680 Réagir

Probiotiques : démêlez le vrai du faux !

Les probiotiques ont envahi les rayons et les médias. À raison. Ces micro-organismes vivants ont des atouts santé avérés dont il serait dommage de se priver. Difficile toutefois de toujours démêler le vrai du faux parmi toutes les informations qui circulent. On fait le point ?

Publicité

Surfez plus vite et sans publicité
Accès à tous les contenus PREMIUM

Débloquez cette page avec Multipass

Les probiotiques ne soulagent que les troubles intestinaux

Faux. Les probiotiques sont particulièrement efficaces pour soulager les troubles intestinaux, certes. De nombreuses études ont d’ailleurs établi qu’ils étaient préconisés en cas de diarrhée ou de constipation, de ballonnements, de digestion lente et difficile, de douleurs abdominales… Mais les probiotiques ont bien d’autres atouts santé. Certains régulent la tension et le cholestérol (Streptococcus thermophilus, Lactobacillus plantarum) alors que d’autres restaurent la flore vaginale (et préviennent ainsi les infections urinaires) ou limitent les risques d’eczéma (Lactobacillus rhamnosus GG). Les probiotiques sont aussi largement impliqués dans l’immunité puisque 70% de nos cellules immunitaires se trouvent dans l’intestin.

Tous les probiotiques en gélules se valent

Faux. Les probiotiques en gélules sont une excellente option, que l’on consomme ou non par ailleurs des probiotiques dans l’alimentation (il n’existe pas de risque de surdosage avec les probiotiques). Sous la forme de compléments alimentaires, les probiotiques peuvent être pris en cure et s’avèrent donc efficaces et pratiques, notamment en cas de besoin ponctuel (après un traitement antibiotique, en cas de trouble du transit…). Mais attention, une enquête de 2010 a montré que la plupart des probiotiques en gélules vendus sur le marché ne contenaient pas assez de bactéries vivantes pour avoir un quelconque effet. Par ailleurs, pour que les bactéries (même en nombre suffisant) restaurent efficacement la flore intestinale, elles doivent survivre à l’acidité de l’estomac. Choisissez des produits qui affichent un nombre de bactéries vivantes suffisantes (il faut avaler 5 à 10 milliards de bactéries par jour) et qui sont encapsulés de manière à limiter les pertes dans l’estomac.

Publicité

Il existe plusieurs souches de probiotiques

Vrai. Le « bifidus » (c’est une bifidobactérie) est connu pour avoir été longtemps mis en avant sur les yaourts, mais en réalité, il existe de très nombreuses souches de probiotiques. La souche la plus répandue est sans doute le probiotique Lactobacillus; les lactobacilles sont en effet des bactéries présentes en très grand nombre dans l’organisme. On peut les retrouver sous différentes formes : Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus rhamnosus GG, Lactobacillus plantarum, Lactobacillus gasseri… De plus, les lactobacilles se divisent en sous catégories, et chacune possède ses propres atouts : Lactobacillus gasseri aide à garder la ligne, Lactobacillus acidophilus combat l’Helicobacter pylori responsable d’ulcère à l’estomac, Lactobacillus rhamnosus GG prévient les gastro-entérites…

On peut prendre des probiotiques à n’importe quel moment

Faux. Les probiotiques sont des micro-organismes vivants et donc fragiles. Pour bénéficier au mieux de leurs vertus, il faut les prendre le matin à jeun ou au moins une heure avant le repas. Pourquoi ? Parce qu’ainsi les probiotiques ne stagnent pas dans l’estomac (où ils n’ont pas d’utilité) et arrivent directement dans le colon où ils peuvent agir sur le microbiote.

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants

Vrai. Un probiotique est un aliment ou un complément alimentaire qui contient des micro-organismes vivants qui vont avoir un impact positif sur la santé. Il s’agit de levures et de bactéries qui vont coloniser le système digestif et contrer les bactéries pathogènes (nuisibles). Ces bonnes bactéries et levures doivent absolument rester vivantes tout au long de leur cheminement pour avoir un effet positif sur la flore intestinale. Certains probiotiques vendus sous forme de compléments alimentaires doivent ainsi impérativement être conservés au réfrigérateur. Conformez-vous à la notice d’utilisation de votre produit.

On trouve des probiotiques dans les aliments fermentés

Vrai. Les aliments fermentés (yaourt, kéfir, olives, pain au levain, kombucha, lait fermenté, choucroute…) sont riches en probiotiques et sont donc particulièrement intéressants sur le plan nutritionnel. De plus la richesse en probiotiques n’altère en aucun cas les teneurs en vitamines, minéraux et oligo-éléments. Un aliment fermenté peut donc tout à la fois apporter de bons nutriments et des probiotiques. La spiruline, qui est une algue (et non un aliment fermenté), en plus de ses nombreuses propriétés prébiotiques, se comporte également comme un excellent probiotique naturel. On peut facilement l’intégrer dans l’alimentation (en la saupoudrant sur les salades ou les yaourts par exemple) ou la prendre en supplémentation. Elle contient en outre des teneurs intéressantes en vitamines et en protéines.

Prébiotiques et probiotiques ont les mêmes rôles

Faux. Les probiotiques sont des bactéries ou des levures alors que les prébiotiques sont en fait des glucides contenus en majorité dans les fibres alimentaires. Les probiotiques vont agir directement sur la flore intestinale en la rééquilibrant mais ils ont besoin des prébiotiques pour être réellement efficaces. Pourquoi ? Parce que les prébiotiques nourrissent en quel sorte les probiotiques ; sans prébiotiques, les probiotiques ne peuvent pas assurer leur rôle. Conclusion : pour une action optimale, il faut impérativement associer les probiotiques avec une alimentation riche en prébiotiques (légumes et fruits notamment).

SOURCE : SuperSmart

Cela pourrait vous intéresser

Publicité