Près de 60% des légumes sont gaspillés !

lu 2092 fois

C’est le triste constat que fait la Fondation Louis-Bonduelle à travers une étude menée en partenariat avec Centre de Recherche de l’institut Paul Bocuse. Quelles sont les origines et les causes du gaspillage alimentaire ? Quelles moyens peuvent être mis en oeuvre ? Pour quelles perspectives d’avenir ? Dans le cadre de la journée nationale et de l’année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire, la Fondation Louis-Bonduelle apporte sa contribution au débat avec la réalisation d'une monographie « Le gaspillage alimentaire : enjeux, causes et réalités » qui tente de répondre à ces questions essentielles.

Le gaspillage alimentaire est un processus complexe qui intervient tout au long de la chaîne de production. Dans les pays en développement, plus de la moitié des « pertes et gaspillages » surviennent en amont, au cours de la production, en raison de pratiques agricoles inadaptées, des manipulations postrécolte ou lors de l’entreposage et du transport ; alors que dans les pays développés, il est plutôt généré en bout de chaîne, par le consommateur sans même qu’il ne s’en aperçoive.

Les causes de ce gaspillage sont essentiellement d’ordre comportemental : mauvaise planification des courses, respect strict des dates de péremption, manque de savoir-faire pour cuisiner les restes.

La FAO estime qu’un tiers de la production alimentaire mondiale totale est gaspillée ce qui représente 1,3 milliard de tonnes de nourriture perdue annuellement. Les coûts directs du gaspillage au niveau agricole se chiffrent à 750 milliards de dollars par an soit l’équivalent du PIB de la Suisse. Ces pertes sont équivalentes dans les pays développés et dans les pays en développement.

En France, le volume annuel de déchets alimentaires s’élève à 79 kg par personne par an dont 20 kilos seraient constitués de déchets « évitables » : 2/3 proviennent de restes de table, de fruits et légumes abîmés, de produits non consommés comme le pain,…et 1/3 est jeté sans même avoir été déballé.

Au sein de l’Union européenne, les déchets alimentaires produits par la population sont estimés à 89 millions de tonnes par an : Soit une moyenne de produits gaspillés de 179 kg par personne dont la moitié est imputable à la seule consommation des foyers (76 kg par personne par an).

Les chiffres clés du gaspillage alimentaire :
  • Un tiers de la production alimentaire mondiale est gaspillée
  • Les pertes interviennent tout au long de la chaîne alimentaire
  • Les Français produisent 79 kg de déchets alimentaires par personne / an dont 20 kg de déchets « évitables » : 13 kg proviennent des restes de table, de fruits et légumes abîmés ou de denrées non consommées comme le pain, et 7 kg sont des produits qui n’ont jamais été déballés
  • 1er contributeur : le consommateur par manque connaissance ou de savoir-faire au niveau du rangement, des méthodes de conservation et de la préparation des restes
  • 3 groupes d’aliments particulièrement concernés : les fruits et légumes, les féculents incluant le pain, les racines et tubercules, les viandes et poissons.

L’ampleur du phénomène est telle qu’elle pose aujourd’hui la question de la disponibilité alimentaire et de la préservation des ressources à l’échelle mondiale. Comment pourrons-nous continuer à nourrir les hommes au XXIème siècle ? Dans les pays en développement, une proportion importante de la population souffre de la faim alors que les modes de vie sédentaires et l'abondance de l’offre alimentaire ont accéléré les effets de la « sur-alimentation » dans les pays développés avec une nette progression des maladies chroniques.

La lutte contre le gaspillage alimentaire se place désormais au centre des priorités des instances internationales, européennes et nationales. En France, le « Pacte National de lutte contre le gaspillage alimentaire » a été lancé en 2013 impliquant toutes les filières. L’objectif fixé par le gouvernement français : réduire de moitié le gaspillage alimentaire dans notre pays d’ici 2025.

Alors que les initiatives pour lutter contre le gaspillage alimentaire se multiplient, il est important d’inciter tous les acteurs à agir à leur niveau. La Fondation Louis-Bonduelle y contribue activement :deux appels à projet internationaux ont permis de soutenir 21 projets associatifs originaux et engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Loin de se limiter à des discours d'intention générale, en plus de son rôle d’information, elle agit sur le terrain en plaçant les légumes et leurs bienfaits au centre de sa démarche. Ce soutien apporté à des initiatives locales, vient compléter une autre mission que s’est assignée la Fondation, celle de soutenir la recherche dans le domaine de l’alimentation.

Avec la réalisation de la monographie « Le gaspillage alimentaire : enjeux, causes et réalités », qui établit un constat de la situation en France et dans le monde, la Fondation Louis-Bonduelle apporte sa contribution au débat actuel en espérant faire émerger des solutions innovantes pour freiner la tendance.

Télécharger la monographie sur le gaspillage alimentaire sur le site de la Fondation Louis Bonduelle (inscription gratuite).

SOURCE : Fondation Louis Bonduelle

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s