Prédire la reprise de poids : est-ce possible ?

lu 4880 fois

Beaucoup d’entre nous connaissent la frustration qui survient avec la reprise de poids ayant été durement perdu. Selon une nouvelle étude, il semble que la mesure des niveaux corporels des hormones de l'appétit (ghréline et leptine) avant d’entamer un régime puissent servir de facteur prédictif de reprise pondérale une fois le régime terminé.

« Prédire la reprise de poids : est-ce possible ? » - Crédit photo : www.carevox.fr Les traitement médicamenteux de l'obésité ou les plans alimentaires peuvent être très efficaces à court terme, mais le maintien d’un poids stable après une perte de poids est généralement difficile à obtenir. Or, il semble que la reprise de poids après régime puisse être déterminée en se basant sur les taux de leptine et de ghréline avant d’entamer la perte de poids.

Leptine élevée, ghréline basse

Lors de cette étude, les chercheurs ont évalué un groupe de 104 hommes et femmes en surpoids ou obèses sur une période de 40 semaines (huit semaines au cours desquelles les participants recevaient une alimentation à faible teneur en calories et 32 semaines de suivi après le traitement). Le poids corporel des sujets ainsi que leurs taux de ghréline plasmatique à jeun, de leptine et les concentrations d'insuline avant, pendant et après un régime ont été mesurés.

Les scientifiques ont pu constaté que les personnes présentant un taux de leptine plasmatique élevé et une faible concentration de ghréline avant régimes étaient plus enclins à reprendre le poids perdu après un régime. Ces niveaux d'hormones pourraient donc être proposés comme biomarqueurs pour prédire les résultats du traitement contre l'obésité.

Importance sur le plan clinique

Cette étude est d'une grande importance en termes cliniques car elle signifie que les résultats du traitement contre le surpoids et l’obésité pourrait être pré-conditionnés.

En outre, ces résultats pourraient servir d’outils aux endocrinologue et autres professionnels de la nutrition afin d’identifier les personnes ayant besoin d’un programme de perte de poids spécialisé qui ciblerait les premiers niveaux d'hormones appétantes avant de commencer un quelconque traitement alimentaire conventionnel.

(Par Adrien Loreis, diététicien, d'après Crujeiras A, Goyenechea E, Abete I, et al. "Weight Regain after a Diet-Induced Loss Is Predicted by Higher Baseline Leptin and Lower Ghrelin Plasma Levels". Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, 2010; DOI: 10.1210/jc.2009-2566.)

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s