Pourquoi le calcium provenant du lait est-il irremplaçable

lu 5915 fois

En faut-il vraiment autant qu'on le dit ? Et pourquoi ne pas chercher le calcium dans d'autres aliments que les produits laitiers, voire dans des comprimés ? Expert reconnu sur le rôle du calcium en nutrition, le Pr Léon Guéguen explique dans un article récent pourquoi on ne peut pas se passer du calcium du lait.

« Pourquoi le calcium provenant du lait est-il irremplaçable » - Crédit photo : blog.beaute-et-sante.com Bénéfique pour la pression artérielle, utile pour favoriser les régimes ou contrôler le poids, jouant un rôle préventif contre certains cancers… Parmi les nombreux bienfaits du calcium –dont la liste est toujours ouverte -, il en est un qui ne fait pas l’ombre d’un doute : le calcium est nécessaire à la formation des os, à la croissance et à la solidité de la charpente osseuse. Il assure la minéralisation des os et permet d’acquérir, dans les limites que la génétique fixe pour chaque individu, un capital osseux maximal. Ce capital s’acquiert durant l’enfance et l’adolescence, environ jusqu’à la vingtième année, et il est déterminant pour la santé osseuse durant toute la vie. Pour éviter, l’âge venant, l’ostéoporose et les fractures.

On estime qu’augmenter la densité minérale osseuse de 5 % au niveau de la hanche diminue de moitié le risque de fracture du col du fémur. Or la consommation de calcium en quantité suffisante permet d’augmenter la densité minérale osseuse des enfants et des adolescents de 1 à 6 %.

C’est une réalité : le lait, les laitages et les fromages assurent les deux tiers de notre consommation de calcium. Rares sont les autres aliments riches en calcium. On cite certains choux, les fruits secs et les amandes, les petits poissons avec arêtes, certaines eaux minérales… Si l’on excluait les produits laitiers, il deviendrait quasiment impossible de composer chaque jour un menu varié suffisamment riche en calcium et équilibré par ailleurs, explique le Pr Guéguen. Ce serait en tout cas au prix d’une « gymnastique diététique » pratiquement impossible.

A cela s’ajoute le fait que le calcium laitier est bien absorbé et conservé par l’organisme. Aujourd’hui le besoin nutritionnel moyen en calcium pour un adulte est estimé à 700 mg/jour : ce qui, compte tenu des pertes, conduit à fixer les apports conseillés à 900 mg/jour. Pour les adolescents, les femmes après la ménopause et les personnes âgées, les apports conseillés sont de l’ordre de 1.200 mg/jour. Ce qui justifie en pratique l’invitation à manger 3 à 4 produits laitiers par jour.

(Science et pseudo-sciences 2008, n° 283, p. 54-58.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s