Pourquoi certaines femmes minces se considèrent-elles comme trop grosses ?

lu 3383 fois

L'idéal féminin actuellement promu dans les médias confine à la maigreur. Des études chez de très jeunes femmes (lycéennes et étudiantes) ont montré qu'une écrasante majorité de celles-ci se considéraient, à tort, comme "rondes", alors que leur IMC était normal (entre 18,5 et 24,9 kg/m2).

Cette étude s’est intéressée à la perception de l’image corporelle auprès de femmes minces un peu plus âgées : 2443 femmes de 27 à 38 ans ayant un IMC compris entre 18,5 et 21 ont répondu à un questionnaire sur leur image corporelle et leur mode de vie.

Plus de 10 % de ces femmes (276 sur 2443) se considéraient comme trop grosses. Cette anomalie de l’image corporelle était associée à un IMC et un tour de hanches plus élevés ainsi qu’à de plus nombreuses variations de poids au cours des années précédentes.

Le risque de se considérer à tort comme en surpoids était aussi augmenté par des conduites à risques précoces (consommation d’alcool ou premier rapport sexuel avant 15 ans) et des événements douloureux pendant l’enfance ou l’adolescence (longue maladie des parents, échec scolaire).

En revanche le tabagisme, le statut marital, le nombre de partenaires sexuels ou le niveau d’études ne semblaient pas influer sur l’image corporelle. Enfin seule l’avancée en âge et les maternités diminuaient le risque de se considérer à tort comme “ronde” : la sagesse viendrait donc bien avec les années... et les maternités !

Cette étude montre que l’insatisfaction corporelle se construit dans l’enfance et l’adolescence, et s’atténue chez les femmes plus âgées. Les mères devraient donc éviter de relayer auprès de leur fille cet idéal féminin médiatique de maigreur, idéal qui semble favoriser l’émergence précoce de troubles du comportement alimentaire.

SOURCE : Institut Danone

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s