Pour une installation du diététicien en libéral réussie

lu 15390 fois

Si beaucoup de diététiciens abandonnent leur activité peu de temps après l’ouverture de leur cabinet, d’autres cabinets se développent de manière tout à fait satisfaisante. Suivre les conseils de ce dossier ne peut que contribuer à ce que vous fassiez partie de cette deuxième catégorie.

« Pour une installation du diététicien en libéral réussie » - Crédit photo : afdn.org L’activité libérale, très attractive, demande expériences professionnelles, motivation, disponibilité et ressources matérielles d’appoint car le bénéfice ne commence souvent à être perçu qu’au bout de 2 à 3 années.

L’activité en libéral se développe au sein de cette profession réglementée pour répondre à un besoin de soin en ville et de prévention. Cette activité peut s’exercer dans plusieurs directions qui peuvent être complémentaires :

  • des consultations dans un cabinet privé,
  • de la formation aux entreprises ou collectivités,
  • une activité de conseil auprès des collectivités : municipalités, cliniques, restaurants d’entreprises, l’industrie agroalimentaire, associations, etc.

Pour l'Association Française des Diététiciens Nutritionnistes (AFDN), il semble important d’avertir les diététiciens qui choisissent ce secteur, du fossé qui existe entre la facilité de s’installer et la difficulté de développer et maintenir cette entreprise. La réalité montre que beaucoup de diététiciens abandonnent leur activité peu de temps après l’ouverture de leur cabinet, alors que d’autres cabinets se développent de manière tout à fait satisfaisante.

Il est donc indispensable d’offrir une excellente prestation et de ne pas oublier une prévision financière pour arriver à développer ce secteur de façon durable.

Pour pouvoir exercer avec une vraie démarche de soin diététique, deux textes élaborés par l’association et validés par la Haute Autorité de Santé (HAS) sont fondamentaux : « La consultation diététique réalisée par un diététicien - Recommandations pour la pratique clinique » de janvier 2006 et « Critères de qualité pour l’évaluation et l’amélioration des pratiques professionnelles » de février 2008 (consultable sur les sites www.afdn.org et www.has-sante.fr).

Il est tout aussi important de respecter la « Charte du diététicien » et les recommandations déontologiques précisées dans le « Guide des bonnes pratiques » élaboré par l’AFDN. L’adhésion à ces textes est indispensable à une prestation de qualité et permet de nous positionner en temps que professionnel de santé. Ils sont disponibles sur le site AFDN.

Pour de plus amples informations, consulter le dossier complet sur les modalités pratiques d'une « Stratégie pour une installation en libéral réussie »".

SOURCE : AFDN

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s