Poulets bio et mélanine : face aux dérives du label bio

lu 5304 fois

Mélanine, soja, volaille bio, coopérative, certification bio, Chine, avouez que ce mélange des mots, que ce mélange des genres a de quoi rendre perplexe le consommateur qui déjà a du mal à faire la différence entre « modes de production », « filières de qualité » , « label rouge, noir ... ». Les consommateurs sont perdus, ils pensaient acheter un poulet élevé en France et le voila contaminé par des aliments chinois non contrôlés.

« Poulets bio et mélanine : face aux dérives du label bio » - Crédits photo : www.volaillelabelrouge.com De la farine de soja (300 tonnes) contaminée à la mélanine a été mélangée dans de la nourriture destinées à l’alimentation de volailles commercialisées sous le label « bio ». Même si l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) se veut rassurante en indiquant qu’aucune trace de mélamine n’a été retrouvée dans les denrées alimentaires, le monde de la « bio » se fait bien discret sur cette actualité et peu osent poser la question des dérives du label bio pour des produits fabriqués industriellement et donc soumis aux lois économiques de la mondialisation.

Cette affaire est grave, elle démontre la nécessité de repenser le modèle d’approvisionnement alimentaire des volailles biologiques. Ainsi que le réaffirme la FNAB (fédération nationale de l’agriculture biologique à vocation syndicale) dans son communiqué « Un approvisionnement local pour une bio plus cohérente », l’agriculture biologique doit rester basée sur le principe de la proximité et du «lien au sol» (production de l’alimentation du bétail sur l’exploitation ou en local). L’utilisation massive de soja importé n’est pas conforme aux principes de la bio.

Les paysans bio continuent de demander un véritable « Plan protéines » pour une indépendance alimentaire européenne en matières protéiques. La recherche d’autonomie des exploitations et l’approvisionnement local est le seul rempart à des contaminations (y compris OGM). Les opérateurs aval de la filière doivent réfléchir avec les producteurs bio au moyen de sécuriser la fabrication d’aliments pour volailles.

Cette affaire ne fait que renforcer la volonté de Paysans.fr pour que se développe une agriculture paysanne biologique de proximité, solidaire, seule garante d’un développement harmonieux et durable.

Les consommateurs doivent être plus vigilants sur les méthodes de travail de leurs fournisseurs et de leurs détaillants avant de leur accorder leur confiance, car c’est toute la chaîne de production et de distribution labellisée bio qui renoue avec les travers de la production classique.

Face à ces dérives hélas prévisibles du label bio, Paysans.fr s’affirme déjà comme une marque forte qui rétablit la confiance entre producteurs et consommateurs.

De manière plus large, Paysans.fr soutient la réflexion de la FNAB sur le besoin d’une marque collective, pour que se développe une agriculture paysanne biologique de proximité, seule garante de la qualité et du respect des produits, des producteurs et des consommateurs.

La société Paysans.fr, une alternative qui, depuis 6 ans, s’impose petit à petit dans le paysage de l’alimentaire en France.

L’alternative Paysans.fr : des produits frais de grande qualité livrés gratuitement à domicile à des prix comparables aux hypermarchés grâce à des producteurs locaux mieux payés que par la grande distribution. Sur Paysans.fr les produits bio s’imposent de plus en plus, ils sont passés de 30% des volumes il y a 5 ans à 75% en 2008.

SOURCE : Paysans.fr

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s