Portions, faim et satiété

lu 3184 fois

Il est désormais bien démontré que l'augmentation de la taille des portions entraîne celle des consommations alimentaires. Cette analyse de la littérature scientifique s'intéresse aux mécanismes mis en jeu.

Les articles ont été sélectionnés pour avoir utilisé des protocoles similaires en termes d'estimation des sensations de faim, de satiété ou des propriétés sensorielles des aliments, notamment à l'aide d'une échelle de 0 à 100. La présentation a un impact sur les sensations de faim et de satiété. Lorsque l'aliment est servi à l'assiette, ces sensations sont les mêmes quel que soit le volume servi et consommé. Ce n'est pas le cas avec un sandwich dont la taille double ou triple, la faim estimée étant beaucoup plus importante après consommation du sandwich le plus petit.

Plus la portion de l'aliment consommé en premier (notamment en entrée) augmente, mieux sera perçue la taille des portions servies ensuite. Cependant, le fait d'avoir remarqué l'augmentation de la taille de la portion n'empêche pas le sujet de consommer davantage. Les variations de taille des portions seraient également plus facilement détectées quand l'aliment est servi isolément. Le prix peut aussi entrer en considération. Enfin, plus la taille de l'entrée est importante, plus faibles seront les scores des variables concernant l'aspect hédonique de l'aliment, un résultat vraisemblablement en rapport avec le rassasiement sensoriel spécifique.

(Kral TVE. Appetite 2006 ; 46 : 103-5.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s