Plus de poids, plus de migraine...

lu 3275 fois

Une étude, parue dans le journal « Neurology », montre que l'augmentation de l'Indice de Masse Corporelle est associée à une élévation de la fréquence et de la sévérité des crises de migraine. Cependant, l'apparition de la migraine ne serait pas liée au surpoids.

Au palmarès des douleurs muettes, la migraine occupe une place de choix. Son origine est très variée: le syndrome prémenstruel, l’abus de certains médicaments (certains antalgiques et…antimigraineux!), la fatigue, le manque de sommeil, le stress… sont autant de conditions qui favorisent l’apparition de la migraine. Désormais, un nouveau paramètre devrait être pris en compte: le poids.

Des chercheurs, de l’Albert Einstein College of Medicine de New York, ont interrogé par téléphone 30.215 personnes sur leur poids et leur taille, et leur ont demandé s'ils souffraient de maux de tête. Les participants ont été divisés en 5 catégories basées sur l'Indice de Masse Corporelle (IMC): maigreur, poids normal, surpoids, obésité, obésité morbide. La prévalence des maux de tête a été évaluée en fonction de l'IMC.

Le poids fait tourner la tête

Le Dr Bigal, premier auteur de l'étude, montre que l'augmentation de l'IMC n'est pas associée avec une plus forte apparition des migraines. En revanche, chez les personnes souffrant de maux de tête 10 à 15 fois par mois, 4,4% présentaient un IMC normal, 5,8% étaient en surpoids, 13,6% obèses et 20,7% obèses morbides (IMC à partir de 35).

La sévérité des maux de tête augmente également avec l'IMC: la proportion de sujets déclarant des maux de tête intenses était deux fois plus élevée chez les obèses morbides que chez les personnes ayant un IMC normal.

Des évolutions parallèles

La prévalence annuelle moyenne de la migraine en Europe est estimée à 11%. Les femmes en souffrent plus que les hommes: 15 à 18 % sont touchées contre 6 % des hommes.

Vu l’augmentation progressive de l’obésité dans nos régions, on peut donc raisonnablement s’attendre, à la lecture de ces nouvelles données, à une augmentation de la problématique de la migraine. A moins que l’envolée des kilos ne s’arrête enfin…

Références :

  • Bigal ME et al. Neurology 2006; 66(4) : 545-50
  • Goadsby PJ N Eng J Med.2002;346( 4) 257-270

(Par Nicolas Rousseau, Diététicien Nutritionniste, " HEALTH & FOOD ", News du 29 mars 2006)

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s