Plus de fruits et légumes pour de bons os

lu 3741 fois

Une consommation suffisante de fruits et légumes dans l'enfance contribuerait à une meilleure construction du capital osseux, indépendamment de la consommation de laitages ou de l'activité physique.

L’adolescence est une période critique pour la formation osseuse, qui atteint alors son rendement maximal. Plus le contenu minéral osseux sera important à cet âge de la vie, plus les os seront denses et solides. Les laitages, pour leur richesse en calcium, sont certainement des aliments à privilégier en quantités suffisantes (au moins 3 portions par jour), mais d’autres aliments participent également activement à la croissance osseuse.

Parmi ceux-ci, les fruits et légumes suscitent de plus en plus l’attention des spécialistes. Récemment, des chercheurs canadiens ont passé au crible les habitudes de consommation en produits laitiers et en végétaux de 85 garçons et 67 filles âgés de 8 à 20 ans, durant près de 7 ans. Tous les 6 mois, un bilan de l’alimentation était réalisé en combinaison avec une mesure du poids et de la taille et une radiographie annuelle complète du squelette.

Le lait ne suffit pas

Si la plupart des adolescents mangeaient suffisamment de laitages, la majorité n’atteignait pas les recommandations en matière de fruits et légumes (près de 70 % des ados). Or, l’étude montre clairement l’intérêt du nombre de portions végétales quotidiennes, en plus d’un apport calcique optimal et d’une activité physique régulière, sur la densité minérale osseuse: par rapport aux garçons ingérant à peine une portion par jour (soit la moyenne), ceux mangeant près de 10 portions journellement ont accumulé en moyenne 48,6 g de contenu minéral supplémentaire...

Aucun effet comparable n’a été observé chez les filles, mais pour les auteurs de l’étude, cette absence d’action est probablement tributaire d’une sous-estimation des apports alimentaires, d’autant plus que d’autres travaux suggèrent clairement que les jeunes filles qui mangent plus de fruits et légumes ont des os plus denses.

Dans les pistes évoquées pour étayer cet effet protecteur, la richesse des végétaux en minéraux «alcalinisants» comme les phosphates et le potassium semble tenir la route. En contrôlant l’acidité globale du sang, ceux-ci empêchent, en effet, l’organisme de se servir du tampon qu’est l’os. Certains végétaux, notamment les épinards ou les verdures, contiennent également de la vitamine K, nécessaire à la formation osseuse. Enfin, la vitamine C et d’autres antioxydants comme les polyphénols semblent aussi influencer considérablement la santé de l’os.

Référence :

  • Vatanparast H et al Am J Clin Nutr. 2005 Sep;82(3):700-6.
(Par Nicolas Rousseau, Diététicien Nutritionniste, " HEALTH & FOOD " octobre 2005 )

SOURCE : Health and Food

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s