Plus de 60 % des consommateurs ont une bonne image de l'industrie agroalimentaire

lu 5206 fois

L'Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) a dévoilé fin janvier les résultats du baromètre d'image de l'industrie agroalimentaire réalisé en partenariat avec le cabinet d'études GFK. Il ressort de cette enquête que plus de 60 % des consommateurs français ont une perception positive du secteur. Il est même plus apprécié que d'autres comme le textile, l'automobile ou encore la grande distribution [1]. En revanche, il lui reste quelques marches à gravir pour rattraper l'artisanat et l'agriculture qui ont historiquement toujours la préférence des Français.

Plus en détail, ce baromètre met en évidence que, pour les consommateurs, l'alimentation est le premier facteur qui permet de préserver sa santé. 88 % d'entre eux considèrent qu'une alimentation variée, saine et équilibrée y contribue, devant la pratique d'un sport ou encore le sommeil. Et s'ils ont une bonne image du secteur, c'est que 75 % d'entre eux reconnaissent que l'industrie agroalimentaire répond à leurs besoins grâce à une large offre de produits et 72 % grâce à la variété de l'offre, tout en déplorant une hausse des prix et une certaine standardisation.

Les consommateurs ont également une opinion favorable du secteur pour trois autres raisons :

  • Les entreprises agroalimentaires sont créatrices d'emplois. 1 Français sur 2 estime qu'elles participent au maintien de l'emploi en région. Avec 400 000 salariés, le secteur est en effet le deuxième employeur français derrière les industries de la mécanique.
  • Le secteur de l'agroalimentaire est innovant selon 62% des personnes interrogées. En effet, près de 2 milliards d'euros sont consacrés tous les ans à la recherche et au développement de nouveaux produits afin de proposer une alimentation variée et diversifiée aux consommateurs.
  • La force de l'agroalimentaire réside aussi dans son soutien à l'exportation. Pour1 Français sur 2, les entreprises du secteur contribuent à promouvoir le modèle alimentaire français à l'étranger.

Malgré ces bons résultats, le secteur rencontre des difficultés de recrutement.Dans les cinq prochaines années, 17 000 emplois seront potentiellement à renouveler soit plus de 3 000 par an ! Ce manque d'attractivité n'est pas lié à une image négative mais plutôt au manque de vision claire qu'ont les consommateurs du secteur. Près de 50 % d'entre eux n'en ont en effet pas une connaissance claire et précise. La plupart des Français ont tendance à confondre l'agroalimentaire avec l'agriculture ou la grande distribution. L'ANIA devra donc travailler à améliorer cette connaissance.

Jean-René Buisson, Président de l'ANIA, commente :

« Les résultats de cette étude sont plutôt encourageants, même si nous avons encore du chemin à parcourir. Nous devons notamment reprendre la parole auprès des consommateurs afin de leur expliquer qui nous sommes, ce que nous faisons quotidiennement pour leur garantir une alimentation variée, équilibrée et source de plaisir et ce que nous pouvons leur offrir en termes de métiers ! Cela passe notamment par une meilleure information du consommateur. »

Helen Zeitoun, Directeur Général de GFK, ajoute :

« Les résultats du baromètre s'inscrivent totalement dans la quête de sens actuelle des Français en matière de consommation. Ainsi au-delà des traditionnelles attentes quant à la diversité et l'origine de l'offre alimentaire, le secteur agroalimentaire est aujourd'hui perçu comme un acteur incontournable de l'économie, mais égalementdans le domaine de la santé et de la pédagogie. »

[1] Sur une échelle de 1 à 5, le secteur agroalimentaire obtient une note de 3,2 devant celui du textile (3,1/5), de l'automobile (3/5) et de la grande distribution (2,8/5).

SOURCE : ANIA

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s