Peurs alimentaires et régimes d’exclusion : le boom des produits « sans »

lu 7172 fois

Régis par des peurs alimentaires que la société peut créer par médiatisation outrancière de différentes écoles pseudo-scientifiques, éthiques, voire politiques, nombre de régimes d’exclusion sont aujourd’hui promus et proposés au plus grand nombre, et ce dans la grande majorité des cas, sans la moindre justification médicale. L’allergie sert ici souvent de bon prétexte justifiant ces régimes, relayant une certaine paranoïa vis à vis d’aliments comme le lait, le sucre, le gluten... pour au final faire émerger des comportements alimentaires dangereux potentiellement pourvoyeurs de carences. Sans gluten, sans lactose, souvent... sans fondements !

Autre facteur favorisant ces comportements irrationnels, l’accessibilité même de produits labellisés « sans ». Ces produits, presque des alicaments, transformés par l’industrie pour répondre aux besoins des personnes intolérantes, sont accessibles à tous puisque vendus en grandes surfaces : les « bio », les « allégés », et pourquoi pas les « sans »… Un choix de plus en plus complexe pour le consommateur, surtout lorsque la publicité vient entretenir le doute comme c’est le cas actuellement avec le lait sans lactose, proposé à tout ceux qui voudraient mieux digérer…

Loin d’arguments médicaux validés, ces régimes exclusifs répondent bien davantage aux lois implacables du marketing : créer un besoin d’exister, de s’affirmer, de se différencier des autres. De consommer différemment. Et pourquoi pas, par le biais de ces régimes, répondre à des souffrances, qu’elles soient physiques ou psychiques, par un système « financier » car ces produits sont au final vendus plus cher…

Pas d’exclusion sans diagnostic !

L’AFDN (Association Française des Diététiciens Nutritionnistes) rappelle qu’il n’y a aucun intérêt de mettre en place ces régimes sans pathologie avérée !

Alors qu’une intolérance au gluten ou au lactose relève d’un diagnostic et d’un véritable bilan médical, les personnes qui « s’auto-diagnostiquent » intolérantes et mettent en place elles-mêmes des régimes d’exclusion avec le risque de déséquilibrer leur alimentation et de créer de véritables carences, sont de plus en plus nombreuses.

Le lait ...Gare aux rumeurs

Certaines rumeurs issues de la littérature récente affirment que les produits laitiers provoqueraient des maladies dont l’ostéoporose. L’académie de médecine rappelle en la matière que «les seules contreindications du lait sont l’allergie, en général non persistante, aux protéines laitières (surtout caséine) chez le nourrisson». L’intolérance au lactose, par manque de lactase, est essentiellement retrouvée chez les populations asiatiques ou dans les régions méridionales et ne concerne que le lait et non les fromages et produits fermentés.

Faut-il le rappeler, le lait et les produits laitiers sont la principale source de calcium dans l’alimentation humaine. Sans eux, il est impossible d’assurer les apports recommandés selon l’âge. Les bienfaits des produits laitiers : un apport protéique très important de bonne valeur biologique, des peptides bioactifs, des sources de phosphore, de potassium, d’oligo-éléments (zinc, iode, sélénium…) et de vitamines (A, B12, B1, B6…).

De la naissance à 6 mois, les besoins en calcium sont garantis par le lait maternel ou artificiel. Jusqu'à trois 3 ans, le lait de suite et lait de croissance sont indispensables pour assurer les besoins en calcium, protéines et en acides gras essentiels, fer et vitamines. Plus tard, à l’adolescence, un jeune qui ne consomme pas de produits laitiers aura une carence en calcium car son régime de base ne lui procure que la moitié des apports nutritionnels conseillés. Les enquêtes alimentaires françaises montrent qu’au moins 2/3 des adolescentes n’atteignent les recommandations en calcium. Chez l’adulte, l’association de vitamine D au calcium limite les risques de fractures. Là encore, les produits laitiers restent la source principale de calcium et de protéine. Chez la personne âgée enfin ou la femme ménopausée, s’il existe des risques importants d’ostéoporose, un supplément en calcium et vitamine D doit être automatiquement préconisé.

Sans gluten... mais pour qui ?

Bannir le gluten, une alternative aux régimes dits « classiques » pour perdre du poids, un moyen d’augmenter ses défenses immunitaires, de lutter contre les allergies, d’optimiser sa digestion…? Des allégations sans fondement !

Le régime sans gluten s’adresse uniquement aux personnes souffrant d’une allergie ou d’une intolérance au blé et ses dérivés (maladie coeliaque), Le gluten est une protéine contenue dans certaines céréales. Elle peut provoquer un véritable problème, la maladie coeliaque ou intolérance au gluten : celle-ci s’apparente à une sorte d’allergie et se manifeste par des troubles intestinaux, dès que la personne consomme des aliments qui contiennent du blé, du seigle, de l’orge…

Mais cette maladie se manifeste principalement dès la petite enfance, souvent lors de l'introduction du gluten au cours de la diversification alimentaire. Chez l'adulte, où le processus est longtemps silencieux, le déclenchement pouvant paraître soudain correspond en fait à la phase vraiment active de cette maladie auto-immune. Dans ce cas, seul un diagnostic médical est susceptible de révéler une maladie coeliaque ou intolérance au gluten, et conduire à l'exclusion des céréales ainsi que tous les aliments du commerce contenant du gluten de son alimentation.

Une seule étude ne fait pas consensus...

Dernièrement relayées dans la presse, des données ont amené de nombreux parents d’enfants autistes à placer tous leurs espoirs dans des régimes alimentaires reposant sur l’exclusion du gluten et de la caséine. Un rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) met en garde ces familles et recommande de les éviter dans le cas de l’autisme. Les données scientifiques actuelles s’y rattachant ne permettent pas en effet de conclure à un effet bénéfique de cette stratégie nutritionnelle, inefficace et potentiellement dangereuse.

Diversifier, le maître mot...

L’AFDN recommande toujours d’avoir une alimentation diversifiée, et certainement pas de supprimer des aliments ! Pour les personnes souhaitant suivre un régime amaigrissant, ou retrouver une alimentation équilibrée, exclure des produits comme le lactose ou le gluten par exemple, n’a aucun intérêt. Par contre les diététiciens, forts de leur expertise, peuvent prendre en charge les personnes médicalement identifiées ne supportant pas ces aliments. Une prise en charge spécifique qui veillera dès lors à n’entrainer aucune carence soit sur la croissance, si ce sont des jeunes, soit sur le statut nutritionnel pour les adultes.

Si toutefois une personne décide d’exclure tel ou tel aliment pour des raisons autres que médicales, les diététiciens auront pour tâche d’ouvrir un dialogue pour comprendre les fondements de cette décision en essayant de faire émerger de façon pédagogique les enjeux capitaux d’une alimentation diversifiée sur la santé. La diététicienne encore une fois aura pour mission d’accompagner pour mettre en place, malgré tout, une alimentation équilibrée en aidant à compenser, notamment avec des compléments alimentaires.

SOURCE : AFDN

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s