Perdre du poids sans se priver ?

lu 3694 fois

Des chercheuses explorent une nouvelle voie qui, sans être miraculeuse, donne des résultats encourageants. La théorie est pourtant simple: si on consomme moins de calories qu'on en dépense, on perd du poids. La mise en pratique de ce principe est toutefois catastrophique: après des mois de privation, la très grande majorité des régimes se soldent, au mieux, par un match nul...

« Perdre du poids sans se priver ? » - Crédit photo : © Lorna | Dreamstime.com « Une bonne partie du problème réside dans les comportements alimentaires, constate Simone Lemieux, professeure au Département des sciences des aliments et de nutrition. C'est très difficile de composer à long terme avec un sentiment de privation. Il n'est pas évident de commencer un régime lorsqu'on a déjà l'impression de faire attention et que le régime nous demande de pousser cette privation un cran plus loin. »

La professeure Lemieux et ses collaboratrices Annie Lapointe, Véronique Provancher, Rosanne Blanchet, Andrée-Ann Dufour-Bouchard et Caroline Trudeau, de l'Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels, John Weisnagel, du Département de médecine sociale et préventive, et Catherine Bégin, de l'École de psychologie, ont exploré une nouvelle voie pour contrer les effets néfastes de la privation.

Elles ont recruté 68 femmes obèses de 45 à 68 ans et les ont assignées à deux groupes d'intervention. Les femmes du premier groupe, soumises à un régime de type classique, devaient restreindre leur consommation d'aliments riches en gras pendant six mois. Les autres ne recevaient aucune consigne restrictive, mais elles étaient encouragées à augmenter leur consommation de fruits et de légumes. «Ce sont des aliments à faible densité calorique, ce qui permet d'avoir une assiette bien remplie, et leur contenu riche en vitamines favorise la régulation de l'appétit», fait valoir Simone Lemieux. Toutes les participantes profitaient du soutien de nutritionnistes: trois rencontres de groupe, où étaient présentés les principes de la bonne alimentation ainsi que des trucs et astuces de cuisine, et dix rencontres individuelles.

Après six mois de régime, les femmes du groupe restriction avaient perdu 3,5 kg, mais l'indice de restriction cognitive (l'impression de faire attention et de se priver dans le but de contrôler son poids) avait augmenté, rapportent les chercheuses dans un récent numéro de la revue scientifique Eating Behaviors. Les participantes du deuxième groupe, qui consommaient 5,4 portions de fruits et légumes par jour au départ, avaient fait passer cette consommation à 7,9/jour, «une hausse appréciable», commente la professeure Lemieux. La perte de poids s'établissait à 1,9 kg, mais l'indice de restriction cognitive n'avait pas augmenté et il était significativement plus faible que dans l'autre groupe. La sensation de faim et la propension à surconsommer des aliments en réponse au stress, aux émotions ou à certaines situations sociales avaient diminué. « Ces résultats sont encourageants parce qu'ils montrent qu'on peut perdre du poids sans faire appel à la restriction cognitive pour limiter sa consommation d'aliments », résume-t-elle.

Malheureusement, l'histoire ne s'arrête pas là. Les chercheuses ont rencontré les participantes six mois après la fin de l'intervention et, dans les deux groupes, les acquis s'étaient effrités. « Chassez la restriction cognitive et elle revient au galop, commente la professeure Lemieux. Les nombreux régimes que ces femmes ont suivis dans le passé les ont conditionnées à penser qu'il faut se priver pour perdre du poids. » Néanmoins, la chercheuse ne jette pas l'éponge. « Je crois qu'on pourrait mieux préparer les femmes à composer avec la phase de maintien une fois qu'elles sont livrées à elles-mêmes. Notre étude montre que des approches qui ne reposent pas sur la restriction cognitive peuvent donner des résultats. Il faut explorer ces approches et les améliorer. »

(Par Jean Hamann - Le journal de la communauté universitaire - Volume 46 - numéro 15 - 06 janvier 2011)

SOURCE : Université Laval

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s