Pas de régime hypocalorique sans fruit !

lu 9870 fois

Classiquement, les fruits servent de carburant peu énergétique dans les régimes hypocaloriques. Cependant, les teneurs en glucides, en fibres et autres composants varient selon le type de fruits et modifient ainsi leurs propriétés antioxydantes, leur index glycémique et leur teneur énergétique.

Une mauvaise compliance à la restriction calorique

Prescrire un régime hypocalorique équilibré est une stratégie courante pour favoriser la réduction pondérale. Cependant, le plus souvent les régimes hypocaloriques classiques ne permettent pas d'obtenir une perte de poids durable. On explique ce succès limité par une mauvaise compliance à la restriction calorique.

Ainsi, les approches diététiques qui traitent le surpoids en modifiant la distribution des macronutriments au lieu de restreindre l'alimentation sont de plus en plus populaires. Elles favoriseraient la perte de poids et amélioreraient le profil lipidique [1].

Les essais cliniques actuels montrent que les régimes riches en aliments antioxydants, comme les fruits, ayant pour objectif de diminuer le risque de maladies liées à l'obésité telles que l'athérosclérose et le diabète de type 2 pourraient offrir un bénéfice santé supplémentaire.

La place spécifique du fructose ?

Les fruits contiennent de fortes concentrations de fructose, un glucide d'importance secondaire parmi les sources d'énergie. Il est donc concevable que l'ingestion de fruits pourrait induire un gain de poids... Cependant, une ingestion modérée de fructose - doté d'un faible index glycémique - n'a pas d'effet délétère sur la composition corporelle.

Ce monosaccharide ne nécessite pas d'insuline pour pénétrer dans les cellules. Il semble qu'un apport modéré de fructose provoque moins de signes d'hypoglycémie réactionnelle et déclencherait moins de suralimentation liée à l'hypoglycémie. Pour toutes ces raisons, de nombreux aliments de régime contiennent du fructose.

Cependant, l'hypothèse d'un aspect bénéfique du fructose pour la santé est actuellement contestée. Ainsi, un essai clinique a étudié des femmes obèses qui suivaient deux régimes hypocaloriques ayant différentes teneurs en fruits. Les résultats ont montré que la consommation d'un régime hypocalorique riche en fruits pendant 8 semaines n'entraînait aucun effet significatif, bénéfique ou délétère, sur la masse corporelle et les indicateurs métaboliques généraux, par rapport à un régime hypocalorique pauvre en fruits [3].

Ces résultats s'expliqueraient par l'effet de la restriction énergétique et par l'ingestion accrue de fructose associée à une plus forte teneur en fibres [3].

Le rôle des facteurs de protections antioxydants

Chez les obèses, on a décrit une production accrue de radicaux libres qui pourrait provoquer des lésions oxydatives des lipides et des protéines cellulaires associées à des co-morbidités. Les cellules contiennent de nombreux composés antioxydants tels que l'acide urique, la bilirubine, l'acide ascorbique et la vitamine E, qui protègent contre le stress oxydatif. Les aliments sont la principale source de ces antioxydants.

En outre, il a été suggéré que la perte de poids réduirait le stress oxydant chez les obèses. Ainsi, les régimes hypocaloriques intégrant des aliments riches en antioxydants serait une stratégie encore plus efficace pour lutter contre les lésions oxydatives [4].

Les fruits sont souvent considérés comme des "aliments sains" puisqu'ils contiennent de nombreux composants doués de propriétés antioxydantes, comme les vitamines C et E, les caroténoïdes, les flavonoïdes et les polyphénols, qui auraient des effets bénéfiques. Les effets protecteurs des fruits seraient liés à une diminution de la production de radicaux libres ou à la stimulation d'autres mécanismes antioxydants.

Dans ce contexte, les femmes obèses qui consomment un régime hypocalorique à forte teneur en fruits ont montré une plus forte diminution de leur taux de cholestérol totaux et une plus grande augmentation de leur capacité antioxydante que celles qui consomment un régime hypocalorique de faible teneur en fruits et en fibres et à plus fort teneur de fructose, tandis que la perte de poids était similaire dans les deux groupes de régime [4].

Une stratégie pour améliorer les facteurs de risque cardiovasculaires

La consommation quotidienne de fruits fournit du fructose, des fibres et différents composés bioactifs, qui peuvent avoir des effets bénéfiques sur le contrôle du poids et le statut antioxydant. Lorsqu'on conçoit un régime hypocalorique, il serait utile d'apporter les fibres et les substances antioxydantes sous forme de fruits. En plus de permettre une perte de poids, cette stratégie pourrait améliorer les facteurs de risque cardiovasculaires liés à l'obésité.

Sources er références

  1. Abete I, Parra MD, Zulet MA, Martinez JA. Différent dietary stratégies for weight loss in obesity: rôle of energy and macronutrient content. Nutr Res Rev 2006; 19:1-19.
  2. Djuric Z, Uhley VE, Naegeli L, Lababidi S, Mâcha S, Heilbrun LK. Plasma carotenoids, tocopherols, and antioxidant capacity in a 12-week intervention study to reduce fat and/or energy intakes. Nutrition 2003;19:244-9.
  3. Rodriguez MC, Parra MD, Marques-Lopes I, De Morentin BE, Gonzalez A, Martinez JA. Effects of two energy-restricted diets containing différent fruit amounts on body weight'loss and macronutrient oxidation. Plant Foods Hum Nutr 2005;60:219-24.
  4. Crujeiras AB, Parra MD, Rodriguez MC, Martinez de Morentin BE, Martinez JA. A rôle for fruit content in energy-restricted diets in improving antioxidant status in obèse women during weight loss. Nutrition 2006;22:593-9.
(Par Crujeiras AB, Parra D, Martinez JA - Department of Community Health Sciences, UCLA School of Public Health, Los Angeles, USA - Equation Nutrition n°64 - Février 2007)

SOURCE : APRIFEL

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s