Oui, on peut manger équilibré à la cantine !

lu 9775 fois

Les recommandations nutritionnelles des autorités de santé ont franchi les portes des restaurants scolaires grâce à la circulaire de 2001 (*) relative à la composition des repas et à la sécurité alimentaire des aliments. De plus en plus nombreux à suivre ces repères (composition des menus, besoins nutritionnels des enfants - en fonction de leur âge - et conditions de restauration), les restaurants scolaires s'attachent à développer sur la semaine des menus équilibrés et proposent une diversité nécessaire pour respecter l'équilibre alimentaire de l'enfant.

Rappelons que l'équilibre nutritionnel d'un enfant ne dépend pas d'un seul repas par jour mais de tous les repas de la semaine. Les repas pris au restaurant scolaire ne représentent qu'environ 4 des 14 repas principaux de la semaine. Ce chiffre diminue à l'adolescence; les restaurants scolaires sont alors délaissés au profit des sandwicheries ou fast-food qui proposent des déjeuners à haute densité énergétique, facteurs de surpoids lorsqu'ils sont consommés en excès. Les parents doivent veiller à adapter les menus pris à la maison afin que l'enfant consomme chaque catégorie d'aliments sur la semaine.

Comment maintenir une alimentation équilibrée ?

Réduire la densité énergétique de l'alimentation permet de lutter contre l'obésité. Les aliments à haute densité énergétique (chips, fritures, crèmes desserts...) mettent en échec les systèmes de régulation de l'appétit en raison de la rapidité d'ingestion des calories.

Les menus proposés aux enfants doivent donc intégrer équitablement des aliments à haute et à moindre densité énergétique pour maintenir une alimentation équilibrée. Les aliments à haute densité énergétique doivent être limités pour les enfants atteints de surpoids ou d'obésité.

Pr Christophe Dupont, Pédiatre, Chef de service de néonatalogie à l'hôpital Saint Vincent de Paul (Paris)

(*) Circulaire interministérielle du 28 juin 2001 relative à la composition des repas servis en restaurant scolaire et à la sécurité des aliments.

SOURCE : Observatoire du Pain

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s