Ostéoporose : l’Europe chiffre la casse

lu 3256 fois

Des centaines de millions de personnes dans le monde souffrent d’ostéoporose. Chaque année, 8,9 millions de fractures sont attribuables à la maladie. Plus d’un tiers d’entre elles surviennent en Europe. Un rapport chiffré de l’International Osteoporosis Foundation présente aujourd’hui la note pour les 27 pays de l’Union Européenne (UE). Une lourde charge répartie sur trois postes : humain, médical et économique.

Une femme sur trois et un homme sur cinq de plus de 50 ans auront un jour une fracture liée à l’ostéoporose.

En fonction de leur gravité - les atteintes les plus sévères sont celles de la hanche et des vertèbres -, les fractures vont entraîner des souffrances, une altération de la qualité de vie, une diminution de la mobilité, une perte d’autonomie, un risque de décès…

L’Europe des 27 paie un lourd tribut à l’ostéoporose.


Les hommes, les femmes et les fractures

  • 22 millions de femmes et 5,5 millions d’hommes de l’UE ont une ostéoporose. Soit 6 % des hommes et 21 % des femmes de 50 à 84 ans.
  • A l’âge de 50 ans, la probabilité de fracture est de 22 % pour les hommes et de 46 % pour les femmes. Avec des variations selon les pays, notamment pour des raisons socio-économiques.
  • En 2010, on a enregistré 3,5 millions de nouvelles fractures de fragilité liées à l’ostéoporose. Dont 610000 concernaient la hanche, 520000 les vertèbres, 560000 le poignet et 1800000 d’autres sites : humérus, péroné, tibia, pelvis, clavicule, omoplate, sternum…
  • 43000 décès survenus en 2010 en Europe sont attribués aux fractures ostéoporotiques. La moitié d’entre eux sont dus aux fractures de la hanche, 30 % aux fractures des vertèbres. On estime que les fractures ont fait perdre cette année-là 26300 années de vie…

Le coût de l’ostéoporose

  • Le coût médical de l’ostéoporose était de 37 milliards d’euros en 2010 (avec une augmentation de 25 % attendue pour 2025). Les fractures de la hanche entrent pour 54 % dans ce coût.
  • A cela s’ajoutent 1,2 million d’années de qualité de vie perdues en 2010, estimées à 61,4 milliards d’euros.
  • Le coût total de l’ostéoporose en 2010 serait donc de près de 99 milliards d’euros. Prévisions pour 2025
  • De 27,5 millions en 2010, les personnes atteintes d’ostéoporose en Europe devraient être 33,9 millions en 2025.
  • Le nombre de fractures liées à l’ostéoporose devrait passer de 3,5 à 4,5 millions.
  • Compte tenu de l’augmentation des coûts médicaux et du nombre d’années de qualité de vie perdues, le coût total de l’ostéoporose passerait de 99 milliards d’euros en 2010 à 121 milliards en 2025.

Que faire ?

L’ostéoporose se caractérise à la fois par une diminution de la masse osseuse et une altération de l’architecture des os. Depuis deux décennies au moins, les moyens de la diagnostiquer et de la prendre en charge ont été considérablement améliorés. Les progrès ont porté sur la mesure de la densité osseuse, l’évaluation du risque de fracture, l’apparition de médicaments nouveaux et la mise au point de « guidelines » de prévention. Malheureusement, l’observance et la poursuite des traitements dans le temps restent faibles.

Environ 50 % des patients ne suivent pas leur traitement ou l’arrêtent dans l’année. En Europe, le nombre de patients traités diminue. La majorité des personnes atteintes de fractures ou à très haut risque de fracture ne sont pas traitées, déplore le rapport.

Il est donc très important de prévenir l’ostéoporose. La masse osseuse se constitue durant l’enfance et l’adolescence, et son « pic » maximal est atteint lors de l’entrée dans l’âge adulte. Il s’agit d’obtenir le maximum de capital osseux et de le préserver le plus possible tout au long de la vie. En association avec l’exercice physique pratiqué régulièrement, une alimentation suffisamment riche en calcium et en protéines joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien du capital osseux.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s