On sous-estime davantage le contenu calorique d'un gros repas que d'un petit !

lu 4407 fois

Selon le Pr Philippe Chanson, directeur du département d'endocrinologie du CHU de Bicêtre, il est très fréquent, lorsque l'on fait une enquête alimentaire, que les patients sous-estiment leur consommation calorique au cours d'un repas ou au cours de la journée et cette sous-estimation est particulièrement importante chez les personnes en surpoids.

« On sous-estime davantage le contenu calorique d’un gros repas que d’un petit ! » - Crédits photo : © wingtsunv - Fotolia.com On connaît mal les raisons expliquant ce biais systématique. Dans une étude (1), 105 personnes qui prenaient un déjeuner le midi dans un fast-food et dont l’index de masse corporelle moyen (IMC) était de 24.2 kg/m2 ont estimé le nombre de calories du repas qu’ils avaient commandé et consommé.

Dans une autre étude (2), 15 repas de type fast-food qui avaient été choisis par l’expérimentateur ont été donnés dans un ordre randomisé à 40 étudiants dont l’IMC était de 23.2 kg/m2. Les estimations faites par les patients du nombre de calories des repas ont été comparées à leur nombre réel.

Comme cela est bien connu, les participants ont sous-estimé le nombre de calories de façon générale. L’originalité de cette étude est de montrer que la sous-estimation du nombre de calories est beaucoup plus importante lorsque les repas sont importants que lorsque les repas sont plus petits.

Ce n’est pas le poids corporel des patients qui explique cette sous-estimation. En fait, lorsque les repas sont importants, la sous-estimation du nombre de calories va de 22.6 % dans l’étude 2 à 38 % dans l’étude 1 alors que les sujets estiment parfaitement le nombre de calories dans les repas plus petits (3 % dans l’étude 2 et -2.9 % dans l’étude 1).

Cette sous-estimation est la même quel que soit le poids des patients. La sous-estimation plus importante des calories par les personnes en surpoids est donc plus une conséquence du fait qu’ils consomment des repas plus importants et non au fait qu’ils sont en surpoids.

Référence :

  • Wansink B et Chandon P. Meal size, not body size, explains errors in estimating the calorie content of meals. Ann Intern Med 2006 ; 145 : 326-332.

(Docteur Catherine De Goursac - Actualités IMAAGE du 19 septembre 2008)

SOURCE : Actualités IMAAGE

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s