Oméga 3 : mythe et réalité

3606 Réagir

Que Choisir se fonde sur les conclusions d'un rapport de l'Afssa, en 2003, pour faire la part du mythe et de la réalité sur les vertus des Oméga 3.

Surfez plus vite et sans publicité
Accès à tous les contenus PREMIUM

Débloquez cette page avec Multipass

De nombreuses études ont déjà formellement montré l’efficacité des Oméga 3 pour prévenir les récidives d’accidents cardio-vasculaires.

Il est également admis que ces graisses « jouent un rôle fondamental dans la construction du cerveau chez le nouveau-né » (Jean-Marie Bourre, chercheur à l’Inserm).

En revanche, leurs bénéfices dans le traitement de pathologies psychiatriques ou d’Alzheimer ne sont encore qu’au stade de l’observation et « il est encore prématuré de faire des recommandations nutritionnelles spécifiques pour la prévention de la maladie d’Alzheimer », estime Pascale Barberger-Gateau, chercheur à l’Inserm.

In fine, seul le lien avec les maladies cardio-vasculaires est avéré et, remarque l’Afssa, la généralisation d’une prévention primaire en la matière est « souhaitable », étant donné sa consommation trop faible par rapport aux recommandations nutritionnelles.


(Que Choisir, 01/09)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM