Obésité : le rimonabant n'est pas un médicament miracle

lu 4393 fois

Problèmes de surpoids, obésité, diabète, le rimonabant agit bien sur ces facteurs, mais n'est pas pour autant un médicament miracle et doit être accompagné bien sûr d'activité physique, d'un meilleur équilibre alimentaire avec moins de calories...

Le Pr Jacques Bringer (service de diabétologie à Montpellier) explique les enjeux de santé publics qui en font une problématique.

  • Prévalence de l'obésité qui augmente de 4 % tous les 8 ans (2.8 millions d'obèses supplémentaires en France)
  • Prévalence des diabétiques car en 1998, ils étaient 1.8 millions et en 2006, l'augmentation est telle qu'ils sont 2.2 millions. Sur 100 patients traités en cardiologie, 50% sont en surpoids, 31% sont obèses et 25% sont diabétiques.
  • Prévalence d'obésité abdominale pour les plus de 18 ans.
  • Prévalence de surpoids ou obésité chez les patients diabétiques traités (78% pour le surpoids dont 37% obèses).

Acomplia (rimonabant) de Sanofi-Aventis, est le premier médicament permettant de réduire de façon importante et significative le poids et le périmètre abdominal, de réduire les triglycérides et augmenter le HDL. Les résultats ont été obtenus par le Pr Michel Krempf (service d'endocrinologie à Nantes).

Ce nouveau médicament est utilisé pour le traitement des patients obèses ou en surpoids mais avec des risques possibles tels que le DT2 et dyslipidémie et seulement dans ces cas là. Le rimonabant n'est pas la pilule miracle mais doit être accompagné d'activité physique, d'un meilleur équilibre alimentaire avec moins de calories.

Cependant la FDA ( Food and Drug Administration) vient de rejeter la demande d'Acomplia d'être commercialisé aux USA car des effets secondaires sur l'humeur : dépression, attaque de panique, risque de décompensation de psychose maniaco dépressive ont été noté.

Donc il n'est pas question de prendre Acomplia sans examen et interrogatoire complet par son médecin avec recherche de fragilité psychologique et sans prescription médicale et un suivi stricte régulier.

(Stephanie Queudray - Actualités IMAAGE)

SOURCE : Institut Médical Anti-Age et Esthétique

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s