Obésité de l'enfant : les boissons sucrées innocentées ?

lu 5838 fois

Une étude révèle que la consommation de boissons sucrées ne serait que faiblement liée au surpoids chez les jeunes, contrairement à un apport énergétique total élevé. Mais de là à redorer le blason des sodas, il y a de la marge...

On accuse souvent les boissons sucrées d'être, au moins en partie, responsables de l'obésité. Il est vrai que l'offre en limonades, sodas, nectars de fruits et autres, augmente régulièrement, tout comme la proportion d'individus en excès pondéral. Ces boissons sont souvent considérées d'un mauvais oeil par les professionnels de la santé car elles apportent des calories dites « vides », c'est-à-dire qu'à part l'énergie, ces boissons ne contiennent pas de nutriments utiles à l'organisme. Mais le rôle tenu par les sodas dans le développement ou le maintien du surpoids est encore difficile à établir.

Un impact relatif

Des chercheurs britanniques se sont penchés sur les données de la UK National Dietary and Nutritional Survey of Young People et ont relevé l'Indice de Masse Corporelle (IMC), l'apport en sucres et en limonades et le niveau d'activité physique de près de 1300 jeunes de 7 à 18 ans. Les données ont également été ajustées pour tenir compte de la tendance à sous-estimer les quantités d'aliments ingérés, qui peut biaiser une enquête alimentaire. L'IMC n'était que faiblement associé au pourcentage d'énergie apportée par les sucres, et pas du tout associé au pourcentage d'énergie provenant des boissons sucrées.

Les chercheurs ont également établi que les jeunes qui présentaient l'IMC le plus élevé avaient un apport énergétique plus élevé que ceux à l'IMC le plus bas. Rien d'étonnant jusque-là, mais il faut savoir que pour les enfants à l'IMC haut, les boissons sucrées ne représentaient que 5% de l'excédent d'énergie par rapport au groupe à l'IMC bas. Le surpoids chez les jeunes de l'étude était associé à une grande consommation de protéines et de lipides, et plus faiblement à la consommation de glucides sous forme d'amidon (glucides complexes). L'énergie provenant des boissons sucrées était aussi associée au surpoids, mais plus faiblement, sauf dans le groupe des très grands consommateurs où l'association se révélait plus évidente. Quant aux sucres de l'alimentation, ils ne l'étaient pas du tout. Logique quand on sait que les sucres simples se trouvent, outre dans les biscuits et autres sucreries, mais également dans les fruits et les légumes!

Déséquilibre

Les résultats de cette étude pointent du doigt le manque d'activité physique et le rôle prépondérant de la quantité d'énergie totale ingérée. Les boissons sucrées viennent bien entendu alourdir l'addition calorique, mais on ne peut pas dire qu'à elles seules, elles puissent être tenues responsables du surpoids. Mais si l'influence des limonades et autres colas sur le poids des jeunes peut être relativisée, ces aliments n'en déséquilibrent pas moins l'alimentation. En effet, il s'agit de sources d'énergie peu intéressantes qui prennent la place d'autres aliments qui pourraient, eux, apporter également des vitamines, minéraux, antioxydants ou encore des fibres. Pour s'hydrater, l'eau reste donc la meilleure des solutions!

Références

  • Gibson S, Neate D. Sugar intake, soft drink consumption and body weight Int J Food Sci Nutr 2007; 58: 445-60.

(Par Magali Jacobs, Diététicienne, " HEALTH & FOOD " News du 29/08/07)

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s