Nutrition : non à la dictature !

lu 5499 fois

Il faut reconnaître que les aimables mises en garde et les gentilles recommandations du Plan National Nutrition Santé (PNNS) tournant en boucle dans les messages de prévention commencent à nous taper sur les nerfs... Fais ceci, fais cela, mange ici, bouge de là. Les chapelles nutritionnistes commencent à nous peser sur l’estomac. Nous, on aurait juste envie d’être bien dans notre assiette !

« Nutrition : non à la dictature ! » - Crédit photo : © alubalish | Fotolia.com Manger équilibré, c’est manger de tout. De tout... un peu. Précision qui a son importance mais qui suffit à montrer que l’effort à produire n’est pas forcément considérable. Sauf que, par goût, par nécessité, par conviction religieuse, par tranches de vie aussi, nous avons toutes et tous une façon personnelle de nous nourrir et tendance à laisser parfois de côté certains aliments. Comment, alors, manger « équilibré » ?

L’année commence bien : la plupart du temps, il est extrêmement simple de remplacer un aliment par un autre de la même famille. Des exemples ? Allons-y. Au rebuté de la viande rouge on proposera de la viande blanche mais aussi des volailles, des oeufs et du poisson qui fourniront les protéines nécessaires sans aucun problème.

J’aime ou je n’aime pas : j’en mange... ou pas !

Au fatigué des pâtes, on donnera du riz, du maïs et du pain pour répondre du tac au tac, féculent pour féculent. Au dégoûté du lait, on le proposera mélangé à d’autres aliments, dans des plats salés (gratins, flans de légumes) ou sucrés (crèmes, puddings), sous forme de fromages et de yaourts pour assurer les apports en calcium.

Le mode de préparation suffit souvent à réintégrer dans la catégorie des « j’aime », des aliments qu’on avait tendance à reléguer dans celle des « j’aime pas ». Ainsi, à l’ennemi du cru, on proposera du cuit - à la vapeur, au four, au gril, nature ou accompagné de sauces, épicé ou pas ! Tout est possible (presque), même de se passer de toute une famille d’aliments, grâce à la complémentarité (par exemple, aliments céréaliers + légumes secs pour remplacer en partie viandes, poissons et oeufs ; eaux minérales riches en calcium et pauvres en sodium pour compenser le manque de produits laitiers, etc.).

Manger de tout sans manger de tout... ça c’est fort ! ?

Fruits et légumes : mieux que rien ou tout tout de suite ?

Comme il n’est pas à la portée de tous de respecter la sacro-sainte table des cinq, il est toujours intéressant de savoir que les fruits et les légumes tant vantés présentent le même intérêt nutritionnel frais, en conserve ou surgelés et qu’on ne sera pas considéré comme hérétique si l’on favorise les fruits aux dépens des légumes ou vice versa. De même, il n’est pas encore interdit de privilégier tels légumes ou tels fruits que nous préférons, même si la diversité est souhaitable.

En matière nutritionnelle, la stratégie du mieux que rien est toujours plus efficace que la dictature du tout, tout de suite. Non mais ! ?

Ceintures et bretelles : régimes d’enfer

Aucun des régimes amaigrissants en cours ne trouve grâce aux yeux de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) qui a rendu public en novembre un rapport plutôt explosif. Qu’il s’agisse du régime Dukan, Fricker, Montignac ou Cohen toutes les méthodes sont descendues en flamme.

Riches en protéines ou pauvres en glucides, dissociés ou associés, les régimes en vogue sont tous déséquilibrés, voire dangereux pour la santé. Parmi les risques qu’ils nous feraient courir, l'ANSES cite la diminution de la masse minérale osseuse et les risques de fracture, ainsi que la réduction en acides gras essentiels, l’apparition de calculs biliaires avec les régimes très hypocaloriques, et de cancer colorectal avec les régimes pauvres en glucides complexes et en fibres...

Pour l’ANSES, « rien ne peut remplacer en termes de santé une alimentation équilibrée, diversifiée ». Ce qui, reconnaissons-le fait une belle jambe à toutes celles et à tous ceux qui ne parviennent pas à perdre - durablement - leurs kilos excédentaires...

(BIENSÛR Santé Magazine n°21)

SOURCE : BIENSÛR Santé

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s