Nutrition et vieillissement de la population : la vitamine D et son rôle dans la santé osseuse

lu 5291 fois

En Europe, la proportion de personnes âgées est actuellement de 20 % environ et l'on prévoit qu'elle augmentera pour atteindre 25 % d'ici 2020. Les changements démographiques les plus spectaculaires concernent les tranches d'âge les plus élevées (80 ans et plus). Plusieurs facteurs, dont la nutrition, ont contribué à cette augmentation de l'espérance de vie. Ce phénomène mondial a suscité un regain d'intérêt pour le processus de vieillissement, tant auprès des chercheurs que parmi les responsables politiques et les industriels.

Lors d’un atelier organisé en novembre 2004 par la Commission Européenne, les scientifiques ont communiqué des résultats de recherches portant sur la nutrition et le vieillissement, afin d’en tirer des enseignements pour les soins de santé et d’identifier des priorités pour l’avenir. La nutrition et le vieillissement figuraient en bonne place au Cinquième programme-cadre de l’Union Européenne, qui a financé dix projets de recherche dans ce domaine. Quelques-uns des thèmes abordés dans ces projets étaient les suivants : régime alimentaire et prévention de la maladie d’Alzheimer (LIPIDIET), les aliments fonctionnels destinés à la population âgée (CROWNALIFE) ou vitamine D et santé osseuse (OPTIFORD). Cet article s’intéresse donc essentiellement à la vitamine D et à la santé osseuse et à l’objectif du projet OPTIFORD.

Les défis nutritionnels

La prévalence de l’ostéoporose est en augmentation du simple fait de l’allongement de la durée de vie. L’ostéoporose est une maladie caractérisée par une faible masse osseuse et une détérioration du tissu osseux, qui entraîne une fragilisation des os et un risque de fractures, notamment au niveau de la hanche, de la colonne vertébrale et du poignet.

Chez les personnes âgées, plusieurs facteurs contribuent au risque d’apparition d’ostéoporose, notamment les régimes alimentaires de mauvaise qualité, l’impossibilité de s’adapter totalement à une faible consommation de calcium, le manque d’activité physique, une exposition au soleil insuffisante et l’absence ou l’insuffisance d’hormones féminines ou masculines. Bien que l’ostéoporose soit moins fréquente que chez la femme, il arrive que le risque d’apparition de cette maladie soit élevé chez l’homme. Les hommes sont donc moins bien informés des mesures préventives qu’ils peuvent adopter pour s’en protéger.

Si un apport en calcium insuffisant constitue un facteur alimentaire connu d’apparition de l’ostéoporose, le déficit chronique en vitamine D joue lui aussi un rôle. Lorsque l’apport en vitamine D est insuffisant, la capacité de l’organisme à utiliser le calcium est compromise, ce qui contribue à l’apparition de l’ostéoporose.

Vitamine D et santé osseuse

La vitamine D est une vitamine liposoluble indispensable à une bonne santé osseuse. Elle facilite l’utilisation efficace du calcium par l’organisme. Le calcium est lui aussi indispensable au bon fonctionnement du système nerveux, à la croissance osseuse et à la préservation de la densité osseuse.

L’apport en vitamine D est assuré par le soleil et l’alimentation. L’exposition solaire (photons ultraviolets B (UVB)) constitue la source principale. Toutefois, il existe des facteurs qui limitent l’utilisation des UVB pour synthétiser la vitamine D au niveau de la peau. Il s’agit notamment de la saison, du lieu, de l’heure, du brouillard mêlé à la pollution atmosphérique et de l’âge. Par exemple, les habitants des hémisphères nord ou sud (à 40 degrés de latitude nord ou sud) ne bénéficient pas d’une exposition suffisante aux UVB au cours des mois d’hiver pour permettre la formation de vitamine D. Avec l’âge, la capacité de l’organisme à synthétiser la vitamine D grâce à l’exposition solaire diminue de manière significative.

La vitamine D est naturellement présente dans quelques produits alimentaires. Les meilleures sources sont les poissons gras, tels que le saumon, le maquereau et la sardine. Un nombre limité de produits alimentaires enrichis en contiennent également. En Europe, certains pays enrichissent la margarine et certains produits céréaliers.

Le projet OPTIFORD

L’objectif de l’équipe du projet OPTIFORD, composée de chercheurs de 5 pays européens, est d’améliorer le statut en vitamine D de larges groupes de population, tels que les personnes âgées, en Europe. Ces chercheurs espèrent réduire l’ostéoporose grâce à un meilleur apport en vitamine D par l’alimentation.

Ce projet vise à déterminer si l’adjonction de vitamine D au pain est une stratégie réalisable pour palier le déficit de vitamine D au sein de larges groupes de population en Europe (par ex. les personnes âgées) et à définir quelle quantité de vitamine D il convient d’ajouter. Il est important de renforcer les bases scientifiques sur lesquelles reposent les recommandations concernant la vitamine D en tant que nutriment. Les résultats préliminaires montrent que ces objectifs sont réalisables.

SOURCE : EUFIC

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s