NutriNet-Santé : les motivations des volontaires participants

lu 1516 fois

Soutien altruiste à la recherche dans le domaine de la prévention des maladies, financement public garantissant l’indépendance de la recherche et utilisation d’internet simplifiant la participation sont les principales motivations des volontaires participant à la cohorte NutriNet-Santé, révèle une nouvelle publication parue dans le Journal of Medical Internet Research.

A une époque marquée par un individualisme forcené et dans notre société caractérisée par une perte des valeurs sociales, peut-on attendre un engagement bénévole de nos concitoyens pour une étude d’intérêt collectif ? Tel a été le pari de l’étude NutriNet-Santé, grande étude nutritionnelle de cohorte s'appuyant sur internet, lancée en 2009, visant à étudier les relations entre la nutrition et la santé et préciser les déterminants des comportements alimentaires.

Après 5 années (mi-parcours de l’étude), 267 515 volontaires se sont inscrits sur le site de l’étude, 157 037 sont complètement inclus et 20 000 ont participé à un bilan clinique et biologique (avec prise de sang). Trois-quarts sont des femmes, 54% ont plus de 45 ans, 61 ,6% occupent un emploi, 16,1% sont retraités, 8,8% étudiants ou lycéens, 6,6% chômeurs ou allocataires du RMI d’aides sociales et 4,4% au foyer. La répartition régionale des inscrits est très proche de celle observée dans la population française.

Mais quelles sont les raisons qui amènent ces volontaires à participer bénévolement à une étude sur plusieurs années et sans bénéficie individuel direct évident ? L’équipe de coordination de l’étude NutriNet-Santé a cherché à comprendre les motivations à participer à l’étude à l’aide de questionnaires spécifiques posés à un sous-échantillon de 6 352 sujets inclus dans la cohorte NutriNet.

Les résultats publiés aujourd’hui dans Journal of Medical Internet Research (1) montrent que, parmi les participants :

  • 61.4% ont déclaré comme motivation la volonté d’aider la recherche pour la prévention des maladies,
  • 22.2% sont motivés pour aider spécifiquement la recherche dans le domaine de la nutrition,
  • 6.9% pour répondre à l’appel lancé par les medias ou à la demande d’un proche ou d’un professionnel de santé
  • 9.5% pour diverses autres raisons.

Plus de trois-quarts des individus participent à l’étude pour aider la recherche publique pour la prévention des maladies et la recherche en nutrition

Ce sont les personnes de plus de 45 ans qui sont les plus motivées par l’idée d’aider la recherche publique afin de favoriser la prévention des maladies ; au contraire les sujets en surpoids et obèses sont moins motivés par cette raison.

La moitié des participants n’auraient pas participé si l’étude n’était pas sur Internet

Parmi les participants, 46,5% ont déclaré qu’ils n’auraient pas participé si l’étude n’était pas sur Internet. Les hommes, les sujets de moins de 35 ans et ceux ayant un enfant auraient été moins motivés à participer à l’étude sans le support internet.

Le financement exclusif de l’étude par les pouvoirs publics est un élément majeur pour deux tiers des participants

Le financement exclusif de l’étude par les pouvoirs public est un élément important pour deux tiers des participants. Les hommes et les personnes ayant plus de 55 ans sont plus motivés par le fait que la recherche ne bénéficie pas de financements privés. A l’inverse, les personnes ayant moins de 35 ans, les sujets en surpoids ou obèses, les individus de niveau d’éducation faible, les ouvriers et les commerçants/artisans sont moins sensibles au financement exclusivement public.

En conclusion, l’utilisation d’internet, le financement exclusivement public et la volonté d’aider la recherche publique sont des motivations essentielles pour la participation à l’e-cohorte NutriNet-Santé. Ces motivations diffèrent selon les profils sociodémographiques et la corpulence mais ne sont pas associées aux modes de vie ni à l’état de santé.

Altruisme, modernité et indépendance de la recherche apparaissent comme les facteurs majeurs pour recruter des volontaires afin qu’ils deviennent des acteurs de la recherche. Sur la base de ces valeurs, les chercheurs relancent leur appel pour le recrutement de plus de volontaires afin d’atteindre dans les années à venir l’objectif de 500 000 volontaires inscrits pour avoir au moins 300 000 inclus !

(1) Motives for participating in a Web-Based nutrition cohort according to sociodemographic, lifestyle and health characteristics: The NutriNet-Santé cohort study par Caroline Méjean, Fabien Szabo de Edelenyi, Mathilde Touvier, Emmanuelle Kesse-Guyot, Chantal Julia, Valentina Andreeva, Serge Hercberg, Journal of Medical Internet Research, Aout 2014

SOURCE : NutriNet-Santé

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s