NutriNet SANTÉ : 500 000 internaures pour la recherche, une étude de cohorte sur les comportements alimentaires et les relations nutrition-santé

lu 2184 fois

De nombreux travaux cliniques, physiopathologiques et épidémiologiques, suggèrent que des facteurs nutritionnels sont susceptibles de participer à une réduction ou à une augmentation de l'incidence des pathologies qui constituent les grands problèmes de santé publique auxquels nous sommes confrontés en France, comme dans l'ensemble des pays industrialisés : cancers, maladies cardiovasculaires, obésité, diabète de type 2, dyslipidémies, hypertension artérielle,...

« NutriNet SANTÉ : 500 000 internaures pour la recherche, une étude de cohorte sur les comportements alimentaires et les relations nutrition-santé » - Crédit photo : www.etude-nutrinet-sante.fr Identifier des facteurs de risque ou de protection, liés à la nutrition, constitue une étape indispensable pour établir des recommandations nutritionnelles visant à réduire le risque de pathologies et améliorer la santé des populations. Ces pathologies sont des maladies multifactorielles dans lesquelles interviennent des facteurs génétiques, biologiques et environnementaux.

L’épidémiologie nutritionnelle occupe une place importante dans l’étude des relations nutrition-santé car elle contribue à fournir une information directe sur la relation entre l’exposition alimentaire et la survenue de ces maladies dans des conditions de vie habituelles.

Pour pouvoir mettre en évidence le rôle spécifique des facteurs nutritionnels, il est indispensable de développer des études de cohortes prospectives portant sur de très grandes populations pour lesquelles sont mesurées de façon précise les apports alimentaires et collectant les informations utiles permettant de contrôler un maximum de facteurs de confusion potentiels, grâce à un phénotypage fin des sujets.

L’utilisation d’Internet offre l’opportunité d’un accès à un très large échantillon de sujets volontaires et des possibilités de recueillir régulièrement, de très nombreuses données qu’il est possible de collecter, stocker et traiter de façon automatisée.

La France arrive en tête du classement européen en matière d’utilisation d’Internet. En mai 2008 32 700 000 français de plus de 11 ans et plus, soit 61,9 % de la population âgée de plus de 11 ans, se sont connectés à Internet au cours du dernier mois, quel que soit le lieu de connexion (domicile, travail, lieux publics ou privés). Le profil des internautes montre qu’il est possible d’avoir accès à une population proche de la population générale avec une bonne représentation possible des différents âges (et notamment des seniors), des différentes catégories socio-professionnelles et des diverses régions. Un internaute sur 4 a plus de 55 ans ; 29 % des internautes appartiennent à des « CSP- ».

Les objectifs

L’objectif principal est d’étudier les relations entre les apports en nutriments, aliments, comportements alimentaires et la mortalité globale et spécifique (par cancer ou maladies cardiovasculaires).

D’autres objectifs secondaires ont été également définis :

  • Etudier les relations entre les apports en nutriments, aliments, comportements alimentaires et l’incidence des cancers, des maladies cardiovasculaires, de l’obésité et du surpoids, du diabète de type 2, de l’hypertension artérielle, des dyslipidémies, du syndrome métabolique et de la qualité de vie.
  • Etudier les déterminants (sociologiques, économiques, culturels, biologiques,...) des comportements alimentaires, de l’état nutritionnel et de l’état de santé.
  • Etudier les relations entre les apports en nutriments, aliments, comportements alimentaires et des marqueurs clinico-biologiques.
  • Surveiller dans le temps l’évolution des apports alimentaires et de l’état nutritionnel de la population.
  • Mesurer les niveaux d’exposition à des risques alimentaires.
  • Evaluer l’impact de campagnes ou d’actions de santé publique (connaissance, perception, efficacité...).

Par la quantité et la qualité des données collectées et par la taille de l’échantillon, l’étude NutriNet-Santé permettra de constituer une gigantesque source d’information sur la nutrition et la santé de la population vivant en France et sera une des plus grandes bases de données épidémiologiques dans le champ de la santé dans le monde.

Matériel et méthodes

Il s’agit d’une étude de cohorte prospective d’observation portant sur une large population (>500 000 sujets) surveillée pendant une période suffisamment longue (> 5 ans). Il s’agira d’adultes de plus de 18 ans, dont au moins 250 000 sujets de plus de 45 ans, recrutés par une vaste campagne multimédia grand public (dont Internet) lancée en avril-mai 2009, relayé par de multiples canaux professionnels. La communication s’appuiera sur un appel au volontariat pour recruter des sujets « acteurs de la recherche et de la santé publique » contribuant au progrès des connaissances scientifiques. L’inclusion dans la cohorte sera ouverte pendant 5 ans.

L’ensemble des nutrinautes sera suivi grâce au site Internet développé à cet usage (www.etude -nutrinet-sante.fr) et s’appuyant sur les outils développés dans les études SU.VI.MAX et ENNS. Tous les questionnaires et collectes de données sont conçus pour être remplis directement sur le site Internet, à l’aide d’une interface HTML sécurisée. Toutes les conditions de sécurité informatique et physique des données seront assurées.

A l’inclusion, tous les sujets rempliront un dossier de base comprenant différentes parties : questionnaires alimentaires (3 enregistrements alimentaires de 24h sur 15 jours), questionnaire sur l’activité physique, sur les données anthropométriques, sur le mode de vie et sur l’état de santé. Dans le cadre de leur surveillance, les nutrinautes recevront chaque mois un e-mail automatisé les informant sur l’avancement de l’étude et sur les nouveaux questionnaires à remplir pour compléter leur dossier (lien intégré dans l’e-mail).

Des données seront également collectées sur la santé des participants : mortalité globale et causes de mortalité, morbidité (notamment au travers de diverses bases de données existantes) et qualité de vie. Une collecte de données clinico-biologiques est également prévue sur un sous-échantillon.

Une mutualisation est prévue avec la cohorte CONSTANCES qui porte sur des sujets suivis dans les Centres d’Examens de Santé de la CNAMTS (coordonnée par l’U687 Inserm, lancement prévu fin 2009).

Il sera possible de greffer sur le protocole de base des questionnaires "à la carte" en fonction des intérêts des différentes équipes associées et de développer des protocoles ancillaires sur des sous-échantillons choisis en fonction de phénotypes particuliers.

Le site Internet de l’étude fournira des informations générales et spécifiques sur la nutrition, la santé, et la recherche et entretiendra le sentiment d’appartenance à la cohorte.

Le projet s’appuie sur l’engagement de partenaires institutionnels : ministère de la Santé (DGS), InVS, INPES, INSERM, INRA, CNAM, Université Paris 13 et la Fondation pour la Recherche Médicale. La banque de données et l’accès à la population constituera un réel patrimoine scientifique national, utile à la communauté scientifique pour la recherche, l’observation, la surveillance, l’évaluation et l’aide à l’expertise.

(Serge Hercberg, UREN; UMR U 557 Inserm 1125 Inra / CNAM / Université Paris 13; USEN; InVS / Université Paris 13; Département de santé Publique, Hôpital Avicenne, F-93017 Bobigny - Université d’été de Nutrition 2008, Clermont-Ferrand, 16-18 septembre 2009)

SOURCE : Centre de Recherche en Nutrition Humaine Auvergne

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s