Nos plats ne manquent pas de sel !

lu 3207 fois

Les apports en sel (chlorure de sodium - NaCl) tendent à diminuer, mais ce n'est pas suffisant. Le sel est partout un peu trop. Dans le pain, les céréales, les plats cuisinés, les potages, la charcuterie ou encore les fromages. Ces aliments sont salés, non seulement pour rehausser leur saveur, mais aussi pour prolonger leur conservation. Donc, pensez à goûter avant de resaler. Car trop de sel peut nuire à la santé.

« Nos plats ne manquent pas de sel ! » - Crédits Photo : fr.wikipedia.orgBonne nouvelle : selon l’étude INCA 2, les apports en sel issus des aliments (hors sel ajouté directement par le consommateur) ont diminué de 5,2 % entre 1999 et 2007, passant de 8,1 g/j à 7,7 g/j. Cette baisse se caractérise, notamment, par une réduction de la proportion de « forts » consommateurs.

Chez ces personnes l’apport quotidien en sel provenant des aliments dépasse 12 g/j. La proportion d’hommes dans cette situation a baissé de près de 30 % passant de 15,8 % à 10,5 %. Chez les femmes elle est passée de 2,2 % à 1,7 % soit une baisse d’environ 25 %.

Mauvaise nouvelle : nous mangeons néanmoins encore trop de sel ! Si le sel est nécessaire au bon fonctionnement de notre corps, en revanche trop de sel peut avoir des conséquences néfastes pour la santé. Un excès de sel contribue à élever la tension artérielle pour le plus grand péril de nos artères ; il pourrait également aggraver l’ostéoporose en provoquant la fuite du calcium dans les urines. Prudence, donc !

D’autant que les aliments manufacturés, comme le pain et les céréales pour petit-déjeuner, les plats cuisinés, les potages en sachet ou en brique, la charcuterie ou encore les fromages, peuvent apporter beaucoup de sel. Parfois jusqu’à 80 % de vos apports quotidiens.

Mais, pourquoi tant de sel ? Parce qu’il rehausse le goût des aliments, augmente leur durée de conservation et améliore leur aspect et leur texture en retenant l’eau. Il limite également la multiplication des micro-organismes.

Des actions sont actuellement menées afin de réduire la teneur en sel des aliments manufacturés. Une étude menée par l’Afssa en collaboration avec l’Institut national de la consommation a déjà permis de constater une diminution dans certains groupes d’aliments : céréales de petit-déjeuner (– 23 %), soupes de légumes (– 20 %) ou plats préparés (– 14 %).

Toutefois, d’une marque à l’autre, la teneur en sel d’un même aliment peut être très variable. Dans un tel contexte, voici deux bons réflexes à adopter : goûter avant de resaler et vérifier la teneur en sel des aliments que vous achetez.

(Repères de consommation, Afssa - février 2008)

SOURCE : AFSSA, 2008

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s