Ne pas médicaliser l'alimentation !

4828 Réagir

Depuis plusieurs années, la médicalisation de l'alimentation s'accélère : loi de santé publique, progrès de la science, aliments nouveaux « nutritionnellement corrects », et surtout médicalisation globale de la société... De nombreux chercheurs français s'interrogent sur les effets pervers de cette évolution et certains n'hésitent pas à tirer la sonnette d'alarme.

Surfez plus vite et sans publicité
Accès à tous les contenus PREMIUM
Débloquez cette page avec Multipass

Pour Claude Michaud et François Baudier, experts en santé publique de la Caisse d'assurance maladie de Besançon, il est primordial de valoriser encore et toujours les éléments de notre alimentation qui fondent le modèle français :

  • Une cuisine identitaire qui dépasse l'unique objectif de santé ;
  • Des repas structurés et rythmés, constituant des moments privilégiés de partage en famille ou entre amis ;
  • La revendication du plaisir de cuisiner et de manger, autour d'une culture de la gastronomie...

Ces thèmes, estiment les chercheurs, devraient équilibrer avec bonheur une communication qui, au fil des années, a tendance à se restreindre à la prescription de règles diététiques basées sur le « scientifiquement correct ».

(Cahiers de Nutrition et de Diététique 2007 ; 42 (3) : 131 -33)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles