Nanotechnologies et nanoparticules : l'Afssa en appelle à la prudence

lu 3916 fois

Y a-t-il des produits contenant des nanoparticules dans les aliments ? De quels types de produits s'agit-il ? Quels risques et bénéfices engendrent-ils ? Afin de répondre aux questions de la direction générale de la Santé, l'Afssa a publié deux rapports, l'un sur les nanoparticules manufacturées dans les eaux (février 2008) ; l'autre sur les nanoparticules dans l'alimentation humaine et animale (mars 2009). Ces travaux aboutissent à des recommandations concordant avec celles d'autres instances nationales et internationales.

Une réalité commerciale difficile à établir

« Nanotechnologies et nanoparticules : l'Afssa en appelle à la prudence » - Crédit photo : www.afssa.fr La problématique des nanotechnologies est large et peut concerner l'Afssa dans de multiples domaines : médicaments à usage vétérinaire, produits phytosanitaires, alimentation humaine et animale, emballages, procédés de traitement des eaux et exposition par voie orale (eau ou aliments) à des nanoparticules présentes dans l'environnement. Dans ces domaines, la majorité des applications seraient encore au stade de la recherche, et il n'y aurait pas véritablement de réalité commerciale. Seules certitudes, aucun procédé de traitement des eaux utilisant des nanoparticules n'a été mis sur le marché français et aucun médicament vétérinaire ou produit phytosanitaire relevant des nanotechnologies n'a été soumis à autorisation en Europe.

Des connaissances encore insuffisantes

Bien que les perspectives technologiques ouvertes par les nanotechnologies semblent immenses, notamment dans le domaine de la santé, les connaissances sur la toxicité des nanoparticules manufacturées sont lacunaires. En outre, de nombreuses questions restent à résoudre avant de pouvoir évaluer les risques et les bénéfices liés à ces composés. Ceci est notamment lié au fait qu'il n'existe pas de méthode permettant de mesurer et de suivre le devenir de nanoparticules manufacturées dans des matrices complexes (environnement, aliments, organisme, etc.).

La prudence est de mise

Considérant ces incertitudes, l'Afssa, de même que d'autres instances internationales, a conclu à l'impossibilité d'évaluer l'exposition du consommateur et les risques sanitaires liés à l'ingestion de nanoparticules. En conséquence, l'Agence recommande la prudence à l'égard de l'utilisation de nanotechnologies ou de nanoparticules en alimentation humaine et animale. Elle préconise également que la présence de ces substances dans l'alimentation fasse l'objet d'une déclaration systématique et d'une demande d'autorisation de mise sur le marché. Elle identifie des besoins de recherche. Pour suivre les avancées de ce domaine très évolutif, elle a mis en place un groupe de travail permanent.

Le saviez-vous ?

Les matériaux constitués de particules nanométriques, c'est-à-dire de taille de l'ordre du milliardième de mètre, se révèlent parfois être dotés de propriétés nouvelles et/ou décuplées par rapport aux matériaux classiques.

Ces propriétés nouvelles, ainsi que les modifications de comportement des substances qui en découlent, font l'objet de recherches et de développements dans des domaines industriels très divers.

Dans le champ alimentaire, les applications envisageables concernent notamment les matériaux au contact des aliments, des ingrédients/ nutriments, les arômes, les agents technologiques...

Pour de plus amples informations, consulter :

SOURCE : AFSSA, 2010

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s