Moins de dépression en consommant plus de vitamines B6 et B12

lu 8404 fois

Un rapport publié en ligne le 2 Juin 2010 sur l'American Journal of Clinical Nutrition révèle un risque plus faible de développer une dépression chez les hommes et les femmes âgées qui consomment de plus grandes quantités de vitamine B6 et vitamine B12, dans leur alimentation et sous forme de compléments alimentaires.

« Moins de dépression en consommant plus de vitamines B6 et B12 » Les carences en vitamines du groupe B ont souvent été associées à la dépression, mais il y a très peu de preuves prospectives à partir d'études fondées sur une population de personnes âgées. Des chercheurs de la Rush University Medical Center à Chicago ont évalué les données de 3503 participants au projet "Santé et Vieillissement" de Chicago, une étude en cours composée d'adultes âgés de 65 ans et plus.

L'appréciation de la consommation de vitamine B6, vitamine B12 et acide folique (vitamine B9) a été estimée à partir de questionnaires de fréquence alimentaire. Les incidents dépressifs ont été mesurés par la présence d'au moins 4 symptômes dépressifs parmi 10 possibles sur l'échelle de score développée par le "Centre d'études épidémiologiques sur la depression" au cours des entrevues de suivi menées entre 1997 et 2009. Au cours de ces 12 années de suivi, 461 participants ont développé des symptômes dépressifs.

Les résultats d'analyse ont montré que des apports totaux plus élevés de vitamines B6 et B12, comprenant également la supplémentation, ont été associés à un risque plus faible d'incidence de symptômes dépressifs, après ajustement pour l'âge, le sexe, la race, l'éducation, le revenu et la consommation de médicaments antidépresseurs.

Il a été estimé que chaque tranche de 10 milligrammes d'apport en vitamine B6 et 10 microgrammes en vitamine B12 ont été associés à une diminution de 2% du risque de développer des symptômes dépressifs par an. Aucun bénéfice significatif n'a été observé en association avec l'apport en vitamines B6 et B12 alimentaires seuls, ni d'un effet constaté pour les folates. Ces associations persistent après ajustement pour le tabagisme, la consommation d'alcool, le veuvage, le niveau de prestation de soins, les fonctions cognitives, les handicaps physiques et les troubles médicaux.

Les auteurs notent que la vitamine B12 issue de sources alimentaires présente une biodisponibilité et absorption assez faible, en particulier chez les personnes âgées. Ils suggèrent également qu'il est possible que l'acide folique soit associée à l'apparition des symptômes dépressifs, mais seulement à des concentrations insuffisantes situées en dessous du niveau de la consommation de celles enrichies en acide folique des populations participant projet "Santé et Vieillissement" de Chicago.

Dans leur analyse de possibles mécanismes de protection de ces vitamines contre la dépression, les auteurs font remarquer que la carence en vitamine B12 est responsable d'un syndrome neurologique qui comprend des symptômes dépressifs, et que pyridoxal 5'-phosphate, la forme biologique primaire de la vitamine B6, est un cofacteur dans la synthèse de sérotonine, un neurotransmetteur qui joue un rôle important dans l'humeur.

« Nos résultats appuient l'hypothèse que des apports élevés totaux en vitamines B6 et B12 protègent des symptômes dépressifs au cours du temps dans la collectivité de résidence des personnes âgées », indiquent Kimberly A. Skarupski et ses collègues. « Lors de l'évaluation et le traitement des symptômes dépressifs chez les personnes âgées, des cliniciens et autres professionnels des soins de santé devraient être conscients de l'état nutritionnel du patient, en général, et s'il existe des insuffisances en ces nutriments avant le traitement », concluent-ils.

(D'après Kimberly A Skarupski, Christine Tangney, Hong Li, Bichun Ouyang, Denis A Evans and Martha Clare Morris. "Longitudinal association of vitamin B-6, folate, and vitamin B-12 with depressive symptoms among older adults over time". Am J Clin Nutr (June 2, 2010). doi:10.3945/ajcn.2010.29413 - Life Extension)

Source : Alexandre Glouchkoff

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s