Moins d'absentéisme au travail grâce aux « bonnes » bactéries ?

lu 3708 fois

C'est le monde à l'envers : une étude suédoise révèle que la consommation quotidienne de certaines bactéries réduirait le nombre de jours d'absence au travail ! Une conséquence étonnante supplémentaire de l'ingestion régulière de probiotiques, ces microbes de santé...

Toutes les bactéries ne sont donc pas nocives pour la santé... C’est le cas, notamment, des bactéries lactiques, comme les bifidus et les lactobacilles, dont quelques-uns composent la grande famille des probiotiques (plus connus sous Activia, Yakult, Actimel, Yoptimal, etc.).

Auparavant, on considérait uniquement leur utilité pour donner du goût aux aliments, de la texture, favoriser la fermentation... On sait désormais aussi que ces microbes sont intéressants pour protéger la santé.

Premièrement, il est bien établi qu’ils amélioreraient le transit intestinal, par exemple, en réduisant la durée de certaines formes de diarrhée ou en soulageant la constipation.

Deuxièmement, en théorie, ils « boosteraient » notre système immunitaire et nous rendraient plus « résistants », mais le phénomène est toujours très complexe à étudier et, donc, à démontrer. Et pourtant, une étude suédoise alimente une nouvelle fois ce côté « stimulateur » des probiotiques.

Des bienfaits sur le travail par équipes

Pendant 80 jours, 181 travailleurs d’une entreprise de fabrication d’emballages en carton ont accepté de consommer chaque jour, soit un placebo, soit un laitage probiotique contenant la bactérie Lactobacilus reuteri. Les résultats sont vraiment inattendus : au terme de l’étude, les ouvriers recevant le probiotique étaient deux fois et demi moins nombreux à avoir pris un congé de maladie (10 sur 94, soit 10.6%) pour raison d’infections respiratoires ou de gastroentérites que les ouvriers recevant le placebo (23 sur 87 soit 26.4%).

Mais l’effet était encore plus significatif chez les travailleurs à pause: aucun des 27 ouvriers ayant reçu le probiotique n’avait dû prendre un congé de maladie, contre 9 sur 27 (soit 33%) dans le groupe placebo… Il reste maintenant à confirmer ces résultats à plus grande échelle, mais cette étude a le mérite de pointer un élément déterminant dans la productivité au travail : l’alimentation…

(Par Nicolas Rousseau, Diététicien Nutritionniste, " HEALTH & FOOD " novembre 2005 )

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s