Mieux vaut un bon apport en nutriments qu'une restriction calorique

lu 3815 fois

Une nouvelle étude publiée cette semaine dans la revue Nature explique que pour rester en bonne santé, il est plus important de varier les types de protéines dans notre régime alimentaire que de réduire le nombre de calories ingérées. L'étude a été réalisée par l'Institute of Healthy Ageing, qui fait partie de l'University College de Londres (UCL) au Royaume-Uni.

« Mieux vaut un bon apport en nutriments qu’une restriction calorique » - Crédit photo : www.vitabits.fr Cette étude explique en effet qu’une réduction importante du nombre de calories (une technique appelée « restriction alimentaire » ou « restriction calorique ») associée à un apport suffisant en vitamines et minéraux aurait un effet positif sur notre santé, et nous permettrait notamment de vivre plus longtemps. Ces avantages ont été constatés sur plusieurs êtres vivants, notamment sur les drosophiles, les rats et les singes rhésus, et cette théorie semblerait également se vérifier chez l’homme.

Cependant, réduire les calories ingérées peut également avoir des effets négatifs sur la santé, par exemple une réduction de la fertilité. Dans cette étude, les scientifiques ont conduit des essais sur des drosophiles qui semblaient se reproduire moins souvent et avoir des portées plus petites dans le cas de régimes restreints au niveau calorique; à noter cependant que la période de reproduction de ces drosophiles était plus longue.

Les drosophiles étaient nourries à base de levure, de sucre et d’eau, mais avec différentes quantités de nutriments importants tels que des vitamines, des lipides et des acides aminés. L’équipe de recherche a découvert qu’en variant les quantités d’acides aminés administrées, la durée de vie et la fertilité des drosophiles en étaient affectées. Cependant, changer les quantités des autres nutriments ne semblait pas avoir d’effets majeurs.

L’effet d’un acide aminé appelé méthionine a fait l’objet d’une grande attention lors des essais. En effet, ce dernier semblerait avoir un impact déterminant sur l’optimisation de la durée de vie des drosophiles, sans pour autant réduire leur fertilité. Les chercheurs ont également constaté que la réduction de la méthionine dans un régime très calorique prolongeait la durée de vie des drosophiles.

« En manipulant avec précaution l’équilibre des acides aminés dans le régime, nous avons pu optimiser la durée de vie et la fertilité », déclare le Dr Matthew Piper, l’un des auteurs de l’étude. « Cela montre qu’il est possible de prolonger la durée de vie sans restriction systématique du régime alimentaire et d’éviter les conséquences malheureuses d’une réduction de la capacité à se reproduire.»

Les acides aminés jouent un rôle essentiel dans le métabolisme. Étant à la base de la constitution des protéines, ils sont essentiels à la vie. La méthionine est l’un des acides aminés les plus importants et est essentiel à la formation de toutes les protéines d’un organisme vivant. On la trouve dans divers aliments et elle abonde dans les germes de blé, les graines de sésame, le poisson, les noix du Brésil et la viande.

« Nous avons eu tendance dans le passé à penser que c’est la quantité de protéines que nous ingérons qui est importante dans notre régime », déclare le Dr Piper. « Nous constatons aujourd’hui que chez les drosophiles (et c’est sans doute le cas chez d’autres organismes), l’équilibre en acides aminés dans un régime peut avoir un impact positif important sur notre santé plus tard dans la vie. Si c’est le cas pour les humains, c’est le type de protéines ingérées qui sera plus important.»

« Il ne suffit pas de dire "mangez moins de noix" ou "mangez plus de noix" pour vivre plus longtemps; il s’agit de trouver le bon équilibre en protéines, un facteur qui pourrait se révéler particulièrement important dans les régimes hyperprotéinés tels que le régime Atkins ou les suppléments protéinés proposés aux culturistes.»

Pour de plus amples informations, consulter :

Source : Copyright © Communautés européennes, 2009

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s