Mieux manger pour vaincre le cancer

lu 6067 fois

A l’occasion de l’annonce du Plan cancer II par le président de la république, l’Association Française des Diététiciens Nutritionnistes (AFDN) rappelle que les soins diététiques personnalisés sont essentiels autant pour la prévention que pour la prise en charge du cancer.

« Mieux manger pour vaincre le cancer » - Crédit photo : www.afdn.org Les liens entre nutrition et cancer sont nombreux, la nutrition pouvant être délétère ou protectrice. Le plan cancer II insiste sur l’importance de la prévention. Ainsi, l’obésité et la surcharge pondérale doivent être prises en charge le plus tôt possible car elles favorisent l’apparition de tumeurs malignes. L’excès de poids est associé à un risque accru de cancer colorectal, de l’endomètre, du sein après la ménopause. « A contrario, rappelle Florence Rossi, porte-parole de l’Association Française des Diététiciens Nutritionniste (AFDN), la consommation d’aliments riches en fibres (légumes, fruits, céréales) semble exercer un rôle protecteur, comme dans le cas du cancer du côlon. Mais l’important est de toujours privilégier l’équilibre alimentaire sans se focaliser sur un nutriment spécifique ».

Les diététiciens, partenaires de santé incontournables pour des soins d’excellence

Dans la prise en charge, l’objectif de ce plan est de garantir à chaque patient un parcours de soins personnalisé et efficace. Lorsque l’on est atteint d’un cancer, le risque de dénutrition est très augmenté, en raison de la maladie et de ses traitements. Un bon état général est pourtant nécessaire pour supporter des thérapeutiques anticancéreuses souvent lourdes. Une alimentation permettant de préserver un état nutritionnel correct va donc améliorer leur efficacité. « C’est pourquoi les diététiciens ont leur place dans l’évaluation de l’état nutritionnel et la prise en soin diététique des patients cancéreux, affirme Florence Rossi. Véritables experts en nutrition, ils sont des partenaires de santé incontournables dans l’excellence des soins voulue par le plan cancer II.».

Faciliter l’accès aux soins diététiques

Ce plan veut aussi améliorer la qualité de vie des patients en leur permettant de bénéficier d’un « Programme personnalisé de l’après cancer », qui prendra en compte les besoins individuels de surveillance médicale, de soutien psychologique et social. Dans le cancer du sein par exemple, il est démontré que l’excès de poids favorise le risque de récidive et un suivi nutritionnel est recommandé. Là encore les diététiciens sont essentiels pour adapter l’alimentation aux besoins nutritionnels de chacun. « C’est pourquoi, souligne Florence Rossi, dans cette nouvelle dynamique de santé, les consultations diététiques, partie intégrante de la prise en charge globale de cette pathologie, devraient être accessibles à tous, quelques soient leur situation ».

(Communiqué du 04 novembre 2009)

SOURCE : AFDN

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s