Microbiote ou flore intestinale ?

lu 4853 fois

Les chercheurs l'appellent aujourd'hui le microbiote, ce qui veut dire littéralement le « petit vivant ». Dans un passé récent, ce fut la microflore (« petite fleur »). Le nom était plus poétique, il évoquait des odeurs sans rapport avec le sujet et prêtait donc à confusion. Partons à la découverte du microbiote avec Gérard Corthier, l'expert français du microbiote, auteur du livre « Bonnes bactéries et bonne santé ».

Les bactéries sont indispensables à une bonne santé

Le microbiote est l'ensemble des bactéries au sein de notre tube digestif, leur « milieu naturel » en quelque sorte. Cet écosystème interne héberge plusieurs milliers d'espèces bactériennes qui vivent dans une certaine harmonie. Elles se nourrissent pour partie de ce qu'elles trouvent dans notre intestin, c'est-à-dire nos aliments prédigérés. En somme, elles mangent et digèrent une seconde fois le reste de nos repas qui n'est pas digèré dans l'intestin grèle.

Notre tube digestif est donc peuplé de bactéries, faut-il en avoir peur ?

Notre corps et notre microbiote sont deux entités indépendantes qui ont appris à vivre ensemble et se sont rendues mutuellement indispensables. Dans l'environnement, 99,9 % des bactéries sont indifférentes ou bénéfiques à notre organisme. La peur des bactéries et l'idée de vivre dans un monde stérile sont donc dangereuses. Il faut au contraire les protéger et ne pas chercher à vivre sans. Un environnement purgé de bactéries risque de produire l'effet contraire, en facilitant le peuplement des bactéries pathogènes.

De quelle manière le microbiote contribue-t-il à nous maintenir en forme ?

L'être humain ne peut pas vivre sans microbiote, ses fonctions sont essentielles à notre santé. D'abord, en parachevant le processus de digestion, il libère des nutriments essentiels que nous sommes incapables de synthétiser nous-mêmes. Il complète ainsi nos apports en vitamines et micro-nutriments indispensables à notre équilibre. Par ailleurs, il est aussi très intéressant d'être colonisé par ces bactéries « xénophobes » car elles assurent une présence permanente au sein de notre tube digestif.

De ce fait, quand un agent pathogène fait son apparition, les bactéries résidentes empêchent son développement. Mais ce n'est pas tout ! Le microbiote est aussi le « coach » de notre système immunitaire ! Bien qu'il soit inoffensif, il stimule constamment nos défenses naturelles et facilite donc leur intervention le jour où elles sont confrontées à une bactérie dangereuse, c'est une sorte de barrière antimicrobienne.

Certains facteurs peuvent-ils le perturber ?

Comme tout écosystème, l'équilibre de notre intestin est relativement fragile. Un traitement antibiotique ou tout simplement un stress excessif peuvent supprimer certaines espèces bactériennes du microbiote et provoquer ainsi un déséquilibre. Un changement d'alimentation va aussi, dans une proportion moindre, changer le fonctionnement de ce microcosme ainsi que ses fonctions, d'où quelques perturbations digestives que, par exemple, les voyages peuvent occasionner.

Nous avons intérêt à ce que notre microbiote soit le plus riche possible en espèces bactériennes et donc à favoriser une alimentation variée et équilibrée pour l'enrichir.

Concrètement, un microbiote perturbé, comment ça se manifeste ?

Un microbiote perturbé va, le plus souvent, causer des désordres digestifs (ballonements, diarrhées, constipations). La fermentation des aliments aussi peut être dérangée, occasionnant des flatulences ou des douleurs intestinales. Mais, de façon indirecte, on peut aussi observer des effets sur le système immunitaire et sans doute sur la barrière antimicrobienne. Quelques études ont été réalisées sur le comportement, les liens de causalité semblent complexes, mais on commence à observer qu'un traitement antibiotique pourrait notamment modifier certaines formes d'autisme.

Quelques idées reçues à la loupe

Nous avons tous le même microbiote

Chaque microbiote est unique et traduit notre individualité. Même si un tronc commun d'espèces existe, évalué à environ 1/3 de notre microbiote total, notre histoire personnelle, nos rencontres, notre régime alimentaire contribuent à marquer sa spécificité. À la naissance, le bébé n'est pas pourvu de microbiote, il est colonisé lors de l'accouchement par les bactéries de son environnement et c'est à l'âge de deux ans environ qu'il devient relativement stable. Notre microbiote est une sorte d'empreinte digitale du tube digestif, propre à chacun.

Les antibiotiques déséquilibrent le microbiote

Les antibiotiques, bien utiles pour soigner certaines maladies graves, tuent les bactéries de manière non sélective, bonnes et mauvaises. L'équilibre interne de notre microbiote s'en trouve ainsi modifié. Cependant cet équilibre se rétablit naturellement au bout de trois à quatre semaines chez un sujet bien portant qui se nourrit sainement.

Pour manger sainement, il faut s'assurer que nos aliments ne contiennent aucune bactérie

S'il est vrai que certaines bactéries peuvent causer des maladies, 99,9% d'entre elles sont neutres, voire utiles. Présentes partout dans l'environnement, et en particulier dans les aliments, certaines jouent un rôle indispensable dans la transformation des aliments. Sans la fermentation opérée par ces organismes microscopiques, que l'on peut trouver par exemple dans les yaourts fermentés, adieu fromages, saucisson, choucroute, vin...

L'alimentation a un rôle à jouer pour renforcer notre microbiote

Les aliments que nous consommons influencent la composition de notre microbiote et une alimentation variée et équilibrée contribue à son bon fonctionnement. Les probiotiques, bactéries d'origine naturelle comme les lactobacilles par exemple, que l'on trouve dans le chou fermenté, les laits fermentés tel que le kéfir, et certains yaourts peuvent l'aider à rester au meilleur de sa forme. Il en est de même pour les fibres prébiotiques (présentes dans les légumes tels que l'artichaut, l'endive, le poireau et l'asperge).

Le saviez-vous ?

  • 99,9% des bactéries de notre environnement sont neutres ou bénéfiques.
  • Le microbiote d'une personne adulte pèse environ 500 gr
  • 50% du poids de nos selles sont des bactéries
  • 70% de nos cellules immunitaires sont dans notre tube digestif, en interaction avec le microbiote.

Quelques définitions

MICROBE : Au sens propre « petite vie ». Le mot «microbe» est un terme général qui désigne à la fois les virus, les bactéries, mais aussi tous les organismes microscopiques. Ainsi tous les microbes ne provoquent pas des maladies comme le suggère l'usage que l'on fait de ce mot !

BACTÉRIES : Il s'agit du plus petit organisme vivant qui a la capacité de se reproduire tout seul, à condition d'être dans un environnement riche en aliments.

PROBIOTIQUES : Les probiotiques selon la définition de l'OMS sont des micro-organismes vivants qui, lorsqu'ils sont administrés en quantité suffisante, produisent un bénéfice pour la santé de l'hôte.

PRÉBIOTIQUES : Un type particulier de fibres alimentaires ayant un effet bénéfique sur des bactéries telles que, par exemple, les bifides. Les prébiotiques sont une « source d'alimentation » pour certaines bactéries de notre microbiote et peuvent indirectement modifier l'équilibre entre les différentes espèces et ainsi influer sur la santé.

Pour de plus amples informations, consulter le livre de Gérard Corthier « Bonnes bactéries et bonne santé »

SOURCE : NESTLE

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s