Mélamine et produits alimentaires

lu 3833 fois

Début septembre 2008, la contamination très élevée de préparations infantiles en poudre par de la mélamine a été mise en évidence en Chine. L'importation en Union Européenne de lait et de produits laitiers en provenance de Chine n'a jamais été autorisée en raison des maladies animales présentes en Chine et de l'insuffisance des contrôles par les autorités chinoises. Mais la poudre de lait est utilisée dans de nombreux secteurs industriels autres que celui des préparations infantiles tels que les confiseries, les biscuits, le chocolat, les biscuits salés, les glaces, certaines boissons sans alcool.

« Mélamine et produits alimentaires » - Crédit photo : s.wsj.net Saisie en urgence par la Commission Européenne, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) a publié une première évaluation quantitative du risque le 25 septembre 2008. Cette évaluation se base sur la consommation de 3 types de produits (caramel au lait, chocolat et biscuits) et plusieurs scénarios de contamination dont un scénario très maximaliste tenant compte de la valeur de contamination la plus élevée rapportée en Chine.

Ce travail conclut à l’absence de risque chez les adultes et les enfants ayant une consommation moyenne de ces produits mais à un risque d’excéder la Dose Journalière Tolérable (1) chez les enfants forts consommateurs de l’un des produits concernés. Un taux maximal de 2.5 mg/kg pour les produits composés importés de Chine a été fixé par la Commission européenne pour garantir une large marge de sécurité. Plusieurs pays Européens dont la France ont mis en évidence des taux de mélamine plus ou moins élevés dans divers produits importés de Chine.

Aucun dépassement de DJT constaté

C’est dans ce contexte que l’Afssa a été saisie le 1er octobre 2008 afin de compléter l’évaluation faite par l’AESA en prenant en compte les données nationales de surveillance des teneurs en mélamine des aliments d’origine chinoise et en l’étendant à d’autres produits à base de poudre de lait.

Il convient de préciser que cette évaluation est rétrospective puisque les produits composés contenant du lait en poudre en provenance de Chine ont été retirés du marché et détruits.

Plusieurs scénarios d’exposition ont été pris en compte dont un scénario du pire ou "worst case", très peu probable, supposant que des individus puissent consommer exclusivement des produits d’origine chinoise. Aucun dépassement de la dose journalière tolérable n’est constaté, y compris avec ce scénario maximaliste.

Transfert de mélamine dans les denrées alimentaires issues de poulets de chair et poules pondeuses

Par ailleurs, des auto-contrôles réalisés par un opérateur ont mis en évidence la présence de mélamine dans du tourteau de soja importé de Chine. Ces tourteaux étaient destinés à l’alimentation des poulets de chair et poules pondeuses avec une incorporation à hauteur de 10 % dans les aliments complets. Les auto-contrôles réalisés sur les denrées alimentaires (viandes et oeufs) issues des volailles ayant consommé ces tourteaux ne permettent pas d’identifier la présence de mélamine. Les mesures de gestion du risque envisagées par la DGAl sont la destruction des tourteaux contaminés et le non-rappel des denrées d’origine animale. L’Agence a été saisie en urgence afin de déterminer s’il était nécessaire de modifier cet arbre de décision.

Se basant notamment sur les évaluations de risques relatives à la présence de mélamine dans des aliments pour animaux, effectuées par la FDA et l’AESA, l’Agence ne propose pas de modifier l’arbre de décision proposé dans la saisine. Elle précise qu’il serait cependant souhaitable de pouvoir disposer de données complémentaires sur les teneurs de mélamine dans les aliments distribués et dans les denrées alimentaires issues des animaux, provenant de contrôles officiels afin de conforter les résultats des auto-contrôles de l’opérateur et de confirmer la traçabilité.

(1) La dose journalière tolérable est la quantité de substance qui peut être quotidiennement ingérée par le consommateur sans effets néfastes pour sa santé.

Pour de plus amples informations, consulter :

SOURCE : AFSSA, 2008

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s