MEDEC 2008 : Diabète et nutrition au coeur des interventions de l'ADLF

lu 6284 fois

Equilibre et rythmes alimentaires, composition, qualité et conduite à tenir vis-à-vis de telle ou telle catégorie d'aliments... L'éducation thérapeutique nutritionnelle des patients, aspect essentiel de la prise en charge globale du diabète doit être réalisée par des professionnels de la nutrition parfaitement informés et formés dans tous les domaines de la nutrition.

« MEDEC 2008 : Diabète et nutrition au coeur des interventions de l’ADLF » « Suivi des patients diabétiques, insulinothérapie fonctionnelle, diabète de l’adolescent, diabète gestationnel » ...sont les thèmes des ateliers et conférences organisés par l’ADLF dans le cadre du programme spécial nutrition du MEDEC.

Le suivi des patients diabétiques : l’exemple du réseau C.A.R.A.M.E.L

Conférence Mercredi 19 mars, 16h15 - 17h45 : Animée par le Dr. Henri Fau, Sylvie Laroche et Régine Protin, diététiciennes

Le réseau CARAMEL (Cher Association réseau d’Aide aux Maladies diabétiques et d’Education Locale)) qui a vu le jour en janvier 2002 dans le Cher, a pour mission de faciliter l’accès des personnes diabétiques à une éducation thérapeutique réalisée par des professionnels formés à la prise en charge du diabète. L’équipe de professionnels paramédicaux intervenants est constituée d’une podologue, de deux infirmières, de deux psychologues, de deux éducatrices sportives et de trois diététiciennes qui se déplacent dans une quinzaine de communes du Cher.

Un médecin coordonnateur, organise et planifie les différentes activités du réseau : ateliers pratiques de groupe pour les patients, entretiens individuels avec des psychologues ou des infirmières, liaison réseau-hôpital, participation à une consultation hospitalière multidisciplinaire du « pied diabétique », formations pour les soignants et pour les intervenants, journée annuelle de rencontre entre soignants et soignés, journée annuelle d’échanges avec les familles d’enfants diabétiques de type 1.

450 ateliers annuels sont structurés autour d’ateliers dits « de base » pour chacune des disciplines dont l’équilibre alimentaire. Ces ateliers proposent une approche pratique tenant compte des représentations et des croyances, centré sur le plaisir, la convivialité et l’autonomie, afin de favoriser autant l’acquisition de savoir et de savoir-faire, que le bien-être et le « vivre avec ». Les ateliers « culinaires », au cours desquels les patients font les courses, préparent le repas et prennent le repas avec les diététiciennes en sont un exemple marquant.

L’insulinothérapie fonctionnelle : l’expérience de l’Hôtel-Dieu

Conférence jeudi 20 mars, 14h30 - 16h00 : Animée par Jocelyne M’Bemba, Médecin PH, et Patricia Fiquet, Diététicienne - Hôtel Dieu, Paris

L’insulinothérapie fonctionnelle est une méthode éducative destinée à amener des patients diabétiques de type 1, au terme d’un apprentissage réalisé dans des conditions « expérimentales » de vie habituelle, à être capable de calculer de façon autonome leur besoin de base en insuline et leurs besoins prandiaux et à corriger leur taux de glycémie. En pratique, les patients sont convoqués en hôpital de jour (14 à 18 h) par groupes de 10, un jour par semaine, 5 semaines d’affilée. Un programme fixe par séance comporte une partie explicative des « travaux pratiques » à réaliser à la maison et une partie analyse des résultats des exercices de la semaine précédente. Chaque groupe est accueilli par une équipe soignante : médecin, infirmière, diététicienne.

Les conséquences attendues de ce programme sont L’amélioration du contrôle métabolique, la diminution du nombre et de la gravité des hypoglycémies, l’assouplissement des contraintes alimentaires (quantités de glucides, nombre et horaire des repas,), une meilleure adaptation à l’activité physique.

Le diabète des adolescents

Atelier mardi 18 mars, 10h00 - 11h00 : Animé par le Dr Cécile Petit-Bibal et Mme Brigitte Merle, diététicienne - Hôpital Saint Vincent de Paul, Paris

Cet atelier a pour objet de présenter et commenter le parcours d’un jeune patient diabétique de type 1 à l’hôpital Saint-Vincent de Paul depuis la découverte de son diabète jusqu’au suivi trimestriel et annuel. Différentes thématiques seront abordées dont l’insulinothérapie fonctionnelle simplifiée adaptée aux lycéens, le surpoids et l’adolescence et les conséquences d’une mauvaise alimentation chez les adolescents diabétiques.

Diabète et grossesse : une prise en charge pluridisciplinaire

Atelier mercredi 19 mars, 10h00 - 11h00 : Animé par le Professeur Henri GIN, Marie Thouy, infirmière et Stéphanie Vidal, diététicienne - CHU de Bordeaux

L’amélioration du dépistage a considérablement augmenté le nombre de diabètes gestationnels diagnostiqués. Le défaut d’éducation thérapeutique des patientes, par manque de prise en charge ambulatoire, a amené les différents professionnels concernés à créer le réseau diabète et grossesse.

Composé de médecins obstétriciens de médecins diabétologues, d’infirmières et de diététiciennes, ce réseau se situe à l’interface des consultations médicales et obstétricales et des différents secteurs d’hospitalisation (maternité et diabétologie).

Les objectifs thérapeutiques sont fixés par le médecin diabétologue en accord avec le médecin obstétricien. Le but est de ne pas dépasser les objectifs glycémiques préconisés par l’American Diabetes Association (ADA), pour éviter les complications f½tales et diminuer les problèmes de « périnatalité.

La prise en charge par la diététicienne débute après consultation médicale, une fois le diagnostic établi. Cet entretien diététique, réalisé en consultation externe, comprend des objectifs, thérapeutiques et éducatifs. L’objectif éducatif est d’apporter une aide et un accompagnement pédagogique pour modifier le comportement alimentaire. Ainsi, la diététicienne donnera à la patiente des conseils personnalisés impliquant des notions de qualité, de quantité, de répartition et de régularité des repas. Lors de consultations, de contacts téléphoniques ou d’une hospitalisation, la diététicienne et l’infirmière font une évaluation permanente avec chaque patiente afin de poursuivre une éducation adaptée aux objectifs fixés.

Aujourd’hui près de 5000 diététiciens exercent en France (dont la moitié adhère à l’ADLF) dans le domaine de la santé, en établissements de santé, en secteur libéral, en restauration de collectivité ou dans le secteur de l’industrie agroalimentaire. Ces professionnels ont également toute leur place en santé publique, auprès des collectivités locales, dans les établissements scolaires primaires et secondaires comme dans les crèches et dans les universités.

Source : Association des Diététiciens de Langue Française (ADLF)

SOURCE : Association des Diététiciens de Langue Française

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s