Marchez... et vivez plus longtemps

lu 2378 fois

Ascenseurs, autobus, voitures, scooters, tapis roulants des aéroports et des stations de métro sont tous destinés à nous simplifier la vie. Ainsi que le révèle un récent sondage Eurobaromètre, ces éléments caractéristiques des pays dits « développés » pourraient maintenant être considérés comme des ennemis potentiels de notre... « ligne ».

La Balance énergétique

Les conséquences d’un régime alimentaire déséquilibré sur notre santé sont aujourd’hui bien connues. L’obésité fait partie des priorités de nombreux pays en matière de santé publique. Aux États-Unis comme au Royaume-Uni, par exemple, près des deux-tiers des adultes ont une surcharge pondérale ou sont obèses. Un régime alimentaire équilibré peut nous aider à contrôler notre poids. Un autre moyen efficace pour rester mince consiste à faire régulièrement de l’exercice. Pour éviter de prendre du poids, il est essentiel d’équilibrer l’apport de calories et les dépenses énergétiques en pratiquant une activité physique.

Des campagnes de santé publique ont insisté sur la nécessité d’une alimentation saine et d’une activité physique plus importante. On assiste à présent à une évolution des mentalités et la notion d’effort raisonnable mais cependant nécessaire gagne du terrain. Les nouvelles formes de consommation, par exemple le commerce en ligne et la livraison à domicile, ne sont pas sans conséquences. Elles contribuent à rendre le mode de vie encore plus sédentaire et peuvent être « dangereuses pour la santé ».

Les européens sont-ils actifs ?

Les résultats d’un sondage Eurobaromètre réalisé en décembre 2003 dans les pays de l’Europe des 15 auprès de 16 000 personnes (environ 1000 par pays) permettent de mieux comprendre le phénomène de l’activité physique. Ce sondage indique de manière alarmante que 57,4 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles n’avaient pas pratiqué d’activité physique intense au cours des sept derniers jours tandis que 40,8 % d’entre elles ont déclaré qu’elles n’avaient pratiqué aucune activité, même modérée, au cours de la même période.

Le sondage confirme l’orientation inexorable de la société vers l’automatisation et l’immobilité et identifie les groupes à risque. L’activité physique varie de manière significative selon les tranches d’âge: 80 % des personnes âgées ont indiqué qu’elles n’avaient pratiqué aucune activité physique significative au cours de la semaine précédente. Ce pourcentage tombait à 43 % chez les 15-25 ans. La différence entre les sexes est plus surprenante. Un homme sur deux a déclaré une absence d’activité physique intense au cours de la semaine précédente. Deux femmes sur trois étaient dans le même cas.

La division Nord-Sud

L’activité physique varie également d’un pays à l’autre. Certains pays se distinguent par le peu d’exercice physique que l’on y pratique. Il s’agit de la France, de la Belgique, de l’Italie, de l’Espagne et du Portugal. À l’opposé, certains pays d’Europe du Nord font état d’une pratique plus élevée des activités physiques. Ce sont les Pays-Bas, le Danemark, la Finlande, la Suède, l’Allemagne et le Luxembourg.

Ces résultats sont-ils dus à une absence de matériel adapté à l’exercice ou à un manque d’incitation sociale ? Plus de deux-tiers (70 %) des personnes interrogées lors du sondage Eurobaromètre ont reconnu que leur environnement domestique offre de nombreuses occasions de se dépenser physiquement. Mais, pour la plupart de ces personnes, l’activité physique n’est pas synonyme de loisirs et n’est pas, non plus, perçue comme un « geste pour l’environnement » (par exemple choisir la marche à pied plutôt que la voiture).

Que peut-on faire ?

Les organismes de promotion de la santé ont réagi en consacrant des fonds à des campagnes encourageant chacun à ... marcher. Le message est généralement le même : il n’est pas nécessaire de s’appeler Zidane ou Grosjean pour être en forme, il suffit de changer quelques mauvaises habitudes.

En France, une campagne diffusée par la télévision et la radio explique pourquoi les pantoufles, le poste de télévision et le canapé sont des « activités à haut risque ». Des affiches placées à l’intérieur des autobus conseillent aux passagers de ... « finir le trajet à pied » ! Une ONG britannique, Let’s Walk to School (Allons à l’école à pied) a lancé une campagne semestrielle très opportunément baptisée « Walk to School Week » (Semaine de la marche à l’école). Hormis les bienfaits évidents sur le plan physique, la campagne explique également que la plupart de nos trajets urbains ne prennent pas plus de temps s’ils sont effectués à pied plutôt qu’en voiture ou en utilisant les transports publics. Ce ne sont que quelques exemples des messages concernant la santé publique dont l’importance devrait être encore soulignée.

Les bienfaits de l’activité physique vont au-delà de la lutte contre les problèmes liés à l’obésité. Le risque de succomber à d’autres maladies, telles que les affections coronariennes, certains cancers, le diabète, les maladies osseuses comme l’arthrite et l’ostéoporose, et même la dépression, peut être atténué grâce à la pratique d’une activité physique régulière.

Il existe une raison supplémentaire de délaisser les moyens de transport et de se rendre à pied au marché pour acheter des légumes frais : c’est bon pour le porte-monnaie.

SOURCE : EUFIC

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s