Manger « slow » contre l'obésité

lu 3459 fois

La rapidité avec laquelle nous mangeons pourrait jouer un rôle non négligeable dans l'obésité, et une piste pour lutter contre l'excès calorique. Bien que l'on s'accorde souvent à considérer qu'un repas pris lentement provoque une meilleure satiété, les études scientifiques le justifiant font défaut.

D'où l'intérêt de cette nouvelle étude menée par K Melanson (Université de Rhode Island à Kingston), dans laquelle 30 volontaires sont venus prendre, à deux occasions différentes et après un petit déjeuner standard à 400 kcal, un repas de midi composé de pâtes à la sauce tomate et aux légumes, agrémentées de parmesan. La seule différence entre les deux expériences consistait à prendre le repas soit rapidement avec une grande cuillère, soit lentement, avec une petite cuillère qui devrait être déposée entre chaque bouchée.

Au final, l'apport calorique lors du repas rapide (9 minutes) était de 646 kcal, alors que celui du repas « slow » (29 minutes) était de 579 kcal. De plus, la prise du repas slow était mieux quottée en terme de plaisir. En extrapolant ces résultats à trois repas par jour, on arriverait à une différence quotidienne de 200 kcal, ce qui correspond, après 1 an, à près de 9 kilos sur la balance...

Référence :

  • Jenkins D et al. The Journal of Nutrition, décembre 2006.

(Par Nicolas Guggenbühl Diététicien Nutritionniste, " HEALTH & FOOD " N°80, Décembre 2006)

SOURCE : Health and Food

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s