Manger les produits de la mer durant la grossesse apporte plus de bénéfice que de risques

lu 4614 fois

Le gouvernement des États-Unis a ajouté du poisson, des mollusques et des crustacés à la liste des aliments potentiellement dangereux car ils contiennent du mercure. Beaucoup de femmes enceintes, préoccupées par l'effet que le mercure pourrait avoir sur le développement neurologique de leur enfant, évitent maintenant les produits de la mer comme la peste.

« Manger les produits de la mer durant la grossesse apporte plus de bénéfice que de risques » - Crédit photo : www.navi-mag.com Cependant, les résultats de l'étude d’Avon Longitudinal Study of Parents and Children (ALSPAC), une étude britannique qui a suivi environ 14.000 femmes et leurs enfants, prouvent que les avantages de manger la plupart des produits de la mer durant la grossesse sont de loin supérieurs aux risques (bistouri le 17 février 2007 ; 369 (9561) : 578-585). La conclusion la plus importante est que les femmes qui mangent moins de 360 grammes de produits de la mer par semaine avaient presque 50 % de chance d’avoir des enfants avec un Q.I. bas, comparés aux femmes qui dépassent cette quantité.

À l'âge de trois ans, les enfants dont les mères ont mangé moins de produits de la mer durant leur grossesse, avaient plus de problèmes de comportements antisociaux avec leurs pairs. À l’âge de sept et huit ans, les problèmes se sont accentués et des troubles de l’habileté motrice fine se sont révélés. Ils avaient également des résultats scolaires inférieurs. L'ALSPAC n’a pas recensé ces dernières années d’effet nuisible du à la consommation de la plupart des produits de la mer pendant la grossesse.

Il faut quand même souligner qu'il serait sage que les femmes enceintes évitent une consommation excessive de thon, requin, espadons et autres prédateurs car ils contiennent plus de mercure que les autres produits de la mer. Ces derniers peuvent être consommés librement par les femmes enceintes (Washington Post, 20 février 2007).

(Par les Docteurs Sally Fallon and Mary G. Enig - The Weston A. Price Foundation)

SOURCE : La Grande Epoque

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s