Manger équilibré pour mieux prévenir la DMLA

lu 17756 fois

A l'occasion de la 1ère Campagne Nationale d'Information et de Dépistage de la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age) du 11 mai au 23 juin 2007 dans 13 villes de France, il faut rappeler que la DMLA est favorisée par le tabac et le surpoids, mais aussi par les mauvaises habitudes alimentaires. C'est la raison pour laquelle l'objectif de bien manger avec une alimentation équilibrée est primordiale pour la prévention et l'amélioration de la maladie.

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA)

« Association d’aide pour les personnes atteintes de DMLA » La DMLA représente la première cause de cécité légale (acuité visuelle de 1/20) et de malvoyance chez les personnes de plus de 50 ans dans les pays industrialisés. « En France, la DMLA touche 1 million de personnes et ce chiffre, en raison notamment de l’augmentation de l’espérance de vie, devrait doubler d’ici 20 ans, ce qui fait de cette maladie un enjeu majeur de santé publique » précise le Pr Eric Souied, Président de l’Association DMLA (Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil).

Les symptômes de la DMLA associent la baisse d’acuité visuelle d’un oeil (exceptionnellement les deux à la fois), particulièrement en vision de près, associée à des déformations (lignes droites ondulées, lettres irrégulières dans leur taille, etc...) et à des modifications de la vision des couleurs, après l’âge de 50 ans.

« Le diagnostic de DMLA ne peut être posé que par un Ophtalmologiste, sur la base d’un examen clinique et des examens complémentaires, en particulier des prises de vue après injection de colorant qui seules permettent d’affirmer avec certitude le diagnostic. La vie quotidienne des patients atteints dépend bien sur complètement du moment de leur prise en charge et de leur traitement » confirme le Pr Gabriel Coscas.

La prévention primaire passe par une alimentation équilibrée

Les composants des aliments (les nutriments) agissent de plusieurs façons :

  • Les acides gras oméga 3 sont présents dans les photorécepteurs de la rétine et permettent leur renouvellement et leur bon fonctionnement pour la vision. Ils se retrouvent essentiellement dans les poissons et plus spécialement dans les poissons gras (saumon, hareng, maquereau, thon...) et dans les végétaux tels que les noix, le germe de blé, le soja.

  • Les pigments caroténoïdes (lutéine et zéaxanthine) des aliments s’incorporent dans la macula et jouent un rôle de filtre solaire. Ils ne sont pas synthétisés par notre organisme. Leur apport est donc exclusivement alimentaire. Les épinards et les choux frisés sont ceux qui en apportent le plus mais on les retrouve dans beaucoup de légumes verts et aussi dans le jaune d’oeuf.

  • Les micro-nutriments anti-oxydants empêchent les réactions d’oxydation qui conduisent à l’altération des cellules de la rétine. Les principaux sont la vitamine E, la vitamine C, le sélénium, le zinc mais aussi le bêta-carotène et les polyphénols (thé, cacao, vin, noix, fruits, légumes et soja en contiennent). Les autres micro-nutriments à effet antioxydant sont les caroténoïdes que l’on retrouve dans les carottes, tomates, melon, pastèque, goyave, pamplemousse...

Quelques principes à respecter
  • Consommer du poisson au moins 2 à 3 fois par semaine.
  • Manger régulièrement des fruits et légumes contenant vitamines C et E et riches en caroténoïdes.
  • Faire régulièrement de l’exercice physique.
  • Contrôler la surcharge pondérale.
  • Arrêter le tabac.

Les compléments alimentaires pour aider à respecter cet équilibre

Aujourd’hui, de nombreux compléments alimentaires à visée oculaire sont disponibles. Pour les utiliser à bon escient, l’ophtalmologiste reste l’interlocuteur privilégié. De nombreux arguments permettent d’attribuer aux oméga 3 un rôle préventif de la DMLA chez des sujets à risque c’est-à-dire, ayant des antécédents familiaux de DMLA, ayant une alimentation pauvre en poissons gras et peu variée et des signes précurseurs de la maladie.

Pour des stades avancés de la DMLA, l’ophtalmologiste pourra prescrire des produits contenant des vitamines et des minéraux à des doses antioxydantes, c’est-à-dire supérieures aux Apports Journaliers Recommandés. De nouvelles études laissent envisager un effet bénéfique d’une supplémentation en pigment caroténoïde et/ou en oméga 3 et/ou en association avec des antioxydants dans la prévention de la DMLA.

Les premières recommandations font suite aux résultats d’une grande étude AREDS en 2001 (Age Related Eyes Disease Study). Cette étude a porté sur 3640 patients âgés de 55 à 80 ans, suivis pendant 6,3 ans. Les patients ont reçu chaque jour une supplémentation en Vitamine C, Vitamine E, Bêta-carotène, Zinc et Cuivre, à dose antioxydante.

Il a été mis en évidence que chez les patients à un stade avancé de DMLA, le risque d’évolution de la DMLA était diminué de 25%.

Pour en savoir plus, visitez le site www.association-dmla.com

(Dossier de presse Association DMLA)

Source : Alexandre Glouchkoff, Diététicien - Nutritionniste

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s