Manger en été : questions de saison

lu 6016 fois

Frais et appétissants, les aliments de l'été ont leurs préparations, leurs modes de cuisson, leurs assaisonnements privilégiés, liés aux plaisirs de la saison. Petite révision actualisée de quelques-uns des « classiques » qui reviennent régulièrement chaque été...

« Manger en été : questions de saison » - Crédit photo : © Jacek Chabraszewski - Fotolia.comSalades composées : un plat unique équilibré

Salades vertes, tomates, concombres, poivrons, haricots verts... Les légumes vous donnent l’embarras du choix pour préparer la salade composée de votre goût. Vous pouvez en faire un plat unique équilibré en ajoutant aux légumes une source de protéines (oeufs durs, jambon, thon...), un produit laitier (dés de cantal, d’emmental, de mozzarella, de feta...), un féculent (pommes de terre, riz, pâtes, maïs...) et une vinaigrette.

Matières grasses : toujours variées !

L’huile d’olive est appréciée pour ses parfums et sa richesse en acide oléique. Toutefois, elle n’apporte pas tous les acides gras utiles et contient peu d’oméga 3. L’idéal est de varier à la fois les huiles (olive, colza, soja, germes de blé, noix...) et les corps gras : par ses qualités nutritionnelles et gustatives, le beurre garde toute sa place sur la tartine du petit déjeuner et sur les légumes cuits à la vapeur.

Barbecue : le bon usage

Convivial et au grand air, c’est le mode de cuisson incontournable de l’été. Le seul problème que l’on évoque souvent est la formation de composés cancérigènes, couramment présents dans les aliments grillés, rôtis ou fumés. Les autorités sanitaires considèrent qu’il n’y a pas de risque pour la santé si la cuisson est bien conduite. Il suffit d’observer quelques précautions : utiliser du charbon de bois certifié NF (pour éviter les polluants), éviter les cageots, les poutres et bois de charpente (qui peuvent contenir les pesticides), faire des braises et ne pas cuire les aliments sur la flamme, les placer à environ 10 cm des braises, ne pas trop les cuire et nettoyer la grille après chaque utilisation. Et éloigner les enfants !

Glaces et sorbets !

En dessert, au goûter, après la baignade, une promenade en mer ou un moment sur la plage, glace ou sorbet ? A part les questions de goût et de parfum, seule différence : les sorbets sont un mélange d’eau, de sucre et de fruits, les glaces sont faites au lait ou à la crème (avec des oeufs pour la glace à la vanille, au café ou au chocolat). Le sorbet est plus léger et plus hydratant, la glace apporte des protéines laitières et du calcium. Tout dépend des ingrédients utilisés, mais la différence calorique moyenne n’est pas énorme : autour de 180 Kcal pour deux boules de glace, autour de 134 pour deux boules de sorbet ! En fonction de l’inspiration, on peut alterner.

Le petit rosé a eu chaud !

Certains croient peut-être que le rosé est un mélange de vin blanc et de vin rouge. C’est faux, issu de raisins à peau rouge, le rosé prend sa couleur et son arôme en un temps limité, par contact entre les grappes et le jus de raisin. Une opération délicate, qui demande un savoir-faire que les producteurs ont préservé et que les amateurs apprécient... A consommer avec modération, bien sûr !

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s