Manger des amandes est bon pour le coeur

lu 2797 fois

Une nouvelle étude publiée dans le British Journal of Nutrition a conclu que les participants ayant consommé des amandes, dans le cadre d'un régime alimentaire bon pour le cœur, ont amélioré de manière significative certains facteurs associés au risque de cardiopathie [1] . En effet, des chercheurs ont estimé que la dégustation de 30 grammes d’amandes au quotidien améliorait le taux sérique d'acides gras et entrainait une diminution de 3,5 % du risque de cardiopathie coronarienne à 10 ans.

Menée par des chercheurs de l'Université de Toronto, cette étude clinique randomisée et contrôlée a inclus 27 adultes (moyenne d'âge : 64 ans) avec un cholestérol LDL élevé (« mauvais » cholestérol). Les participants ont suivi un régime alimentaire faible en graisses saturées et en cholestérol comprenant également, de manière croisée, trois différentes interventions diététiques de 4 semaines chacune.

Chaque jour pendant 4 semaines, les chercheurs ont donné 50-100 grammes d'amandes à un groupe. Un groupe de contrôle a reçu 100-200 grammes de muffins et un troisième a reçu 25-50 grammes d'amandes et 50-100 grammes de muffins. Chaque participant a suivi les trois traitements diététiques. Cette étude a donc duré 12 semaines au total.

La quantité d'amandes et de muffins donnée à chaque participant variait selon les estimations afin que chacun maintienne son poids de départ. Ces muffins étaient préparés de manière à apporter le même nombre de calories et à avoir la même teneur en graisses saturées, en graisses polyinsaturées, en protéines et en fibres que les amandes. La première différence entre la composition des amandes et celle des muffins était que les amandes possédaient une teneur bien plus élevée en graisses mono insaturées (50 % de calories contre 8 %) et que les muffins contenaient bien plus de glucides (53 % de calories contre 15 %).

Pour les triglycérides, l'acide oléique et les graisses mono insaturées totales ont augmenté de manière significative avec la consommation d'amandes par rapport aux muffins. L’accroissement de la teneur en acide oléique et en graisses mono insaturées dans le taux sérique de triglycérides était inversement associé aux facteurs de risque de cardiopathie coronarienne lié aux lipides et au risque global estimé de cardiopathie coronarienne à 10 ans.

De précédentes études publiées sur ce même groupe de personnes ont montré que le cholestérol total et le « mauvais » cholestérol (LDL) avaient diminué alors que le « bon » cholestérol (HDL) avait augmenté dans le groupe consommant des amandes par rapport au groupe de contrôle |2].

« L'effet bénéfique des amandes et surtout celui des graisses mono insaturées sur le risque de cardiopathie dans cette étude est cohérent avec l'étude précédente, y compris les recherches menées sur le régime alimentaire méditerranéen » a déclaré Cyrill Kendall, PhD, Assistant de recherche à l'Université de Toronto et au Clinical Nutrition and Risk Factor Modification Center du St. Michael’s Hospital et principal responsable de l'étude. « L'amélioration du taux sérique d'acides gras observée avec la consommation d'amandes appuie encore le fait qu'un régime alimentaire riche en graisses mono insaturées serait bon pour la santé cardiovasculaire globale. »

L'une des caractéristiques de ce régime alimentaire est la consommation d'huile d'olive, riche en graisses mono insaturées [3]. Les amandes contiennent également une forte teneur en graisses mono insaturées, à savoir les « bonnes » graisses associées à un cœur en bonne santé. Une portion de 30 grammes contient en effet 13 grammes de graisses insaturées et 1 gramme de graisses saturées. Cette étude survient peu de temps après une étude à grande échelle menée par des chercheurs d'Harvard incluant 27 études (16 d'Amérique du Nord, 8 d'Europe et 3 d'Asie) et plus de 500 000 participants adultes (moyenne d'âge : 53 ans) qui a montré que consommer trois portions (28 grammes) de fruits à coque par semaine entraînait une baisse de 24 % du risque d'attaque cardiaque fatale, une baisse de 22 % du risque d'attaque cardiaque non fatale et une baisse de 13 % du risque de diabète [4].

Cette étude reposait sur l’observation et s’appuyait sur des consommations que les participants consignaient eux-mêmes et qui ne prenaient pas en compte les fruits à coque dégustés en tant qu’ingrédients tout en incluant relativement peu d'études tenant compte de la maladie. Toutefois, elle vient s'ajouter aux nombreuses preuves en faveur de la consommation de fruits à coque, dont les amandes, dans le cadre d'un régime alimentaire bon pour le cœur.

Une portion d'amande contient des protéines (6 g), des fibres alimentaires (4 g), des vitamines et des minéraux, dont des vitamines E (7,3 mg), du magnésium (77 mg) et du potassium (200 mg). Près de deux décennies de recherche montrent que les amandes peuvent contribuer à la bonne santé du cœur et à maintenir les taux de cholestérol.

Références

  1. Nishi S, Kendall CW, Gascoyne AM, et al. Effect of almond consumption on the serum fatty acid profile: a dose response study. British Journal of Nutrition 2014, 1-10, doi:10.1017/S0007114514001640.
  2. Jenkins DJ, Kendall CW, Marchie A, et al. Dose response of almonds on coronary heart disease risk factors: Blood lipids, oxidized low-density lipoproteins, lipoproteina(a),homocysteine, and pulmonary nitric oxide: A randomized, controlled, crossover trial. Circulation 2002; 106 (11): 1327-1332.
  3. Estruch R et al. Primary Prevention of Cardiovascular Disease with a Mediterranean Diet. N Engl J Med 2013; 368:1279-1290.
  4. Afshin A, Micha R, Khatibzadeh S, Mozaffarian D. Consumption of nuts and legumes and risk of incident ischemic heart disease, stroke and diabetes: a systematic review and meta-analysis. Am J Clin Nutr 2014; 100: 278-88.

Source : Almond Board of California

SOURCE : Almond Board of California

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s