Maman, je suis constipé !

lu 6218 fois

La constipation est un problème fréquent chez les enfants, qui touche non seulement leur vie quotidienne mais aussi celle des parents. Elle est à l'origine de nombreuses consultations médicales et de frais médicaux. Sa fréquence varie de 7 à 28% [1,2] mais elle touche plus les filles que les garçons [3]. Elle est fréquemment observée chez les enfants âgés d'un an à 9 ans [1,3].

Deux grands mécanismes incriminés

« Maman, je suis constipé ! » - Crédit photo :  www.cyh.com Benninga et al. [4] définissent la constipation infantile par la présence au cours des huit dernières semaines de deux ou plus des 5 critères suivants :

  1. moins de trois selles par semaine,
  2. plus d’un épisode d’incontinence fécale par semaine,
  3. des matières fécales si importantes qu’elles obstruent les toilettes,
  4. posture et comportement de rétention et
  5. défécation douloureuse.
Si la physiopathologie de la constipation infantile n’est pas complètement élucidée, deux mécanismes expliqueraient sa survenue :
  • l’inertie du colon (constipation par transit lent). L’absence de péristaltisme pour faire avancer le contenu intestinal prolongerait le temps de dégradation des solides et augmenterait la réabsorption de sels et d’eau, réduisant ainsi de façon dramatique la fréquence de défécation et le poids des selles. On note ainsi une réduction proportionnelle de l’eau et des solides dans les selles des personnes constipées.

  • l’obstruction fonctionnelle de l’évacuation. Une fonction anormale du plancher pelvien du rectum et de l’anus provoquerait une obstruction temporaire et une dyscinésie.

En outre, il est bien connu que des facteurs nutritionnels comme un régime pauvre en fibres et une faible consommation calorique sont associés à la constipation [5].

Un facteur de risque majeur de constipation infantile

Les fruits et légumes sont particulièrement intéressants pour la santé des enfants car ils contiennent des minéraux, des vitamines antioxydantes, des phytonutriments et des fibres alimentaires. Leur consommation est associée à un plus faible risque de développement de problèmes de santé (cancers, maladies cardiovasculaires, diabète de type 2, obésité), la diverticulose et surtout, la constipation [6]. Les aliments, en particulier les fibres alimentaires, sont souvent considérés comme un facteur important dans le développement de la constipation, à coté d’autres facteurs jouant également un rôle important [3,7]. Les fibres exercent un effet bénéfique sur la constipation en augmentant : la masse du bol fécal, la rétention d’eau, le nombre de bactéries au niveau du colon, la production de gaz et en accélérant le transit au niveau du colon [7].

En Turquie, notre étude a mis en évidence que les enfants constipés consommaient moins de fruits et légumes, plus de pain, de biscuits et de pâtes, moins riches en fibres, que les enfants non-constipés [1]. En Espagne, Comas et Polanco [8] ont retrouvé les mêmes résultats. Aujourd’hui, il est clair qu’une faible consommation de fibres alimentaires est un facteur de risque majeur de constipation infantile.

Encourager les parents et le personnel des crèches

La constipation est un problème dans les pays développés et en voie de développement. Dans la littérature mondiale, certaines études rapportent un lien entre la consommation de fruits et légumes et la constipation, mais peu portent sur les enfants. Selon Dennison et al. [9] la majorité des enfants ne consomme pas les portions quotidiennes recommandées de fruits et légumes. Dans cette tranche d’âge, plus de 70% consomme, en moyenne, moins de 3 portions de fruits chaque jour. Ces enfants ont de grands risques de constipation [4].

Servir des légumes plusieurs fois par jour (i.e., collations, repas du midi et du soir) et plus d’un légume à la fois permet d’en accroître la consommation chez les enfants. Encourager les parents et le personnel des crèches à offrir non seulement une grande variété de fruits et légumes, mais aussi à donner l’exemple, serait probablement un des meilleurs moyens d’augmenter la consommation de fruits et légumes chez les enfants [9].

Les facteurs les plus importants pour prévenir la constipation infantile. La consommation d’eau, de fruits et de légumes, et un bon apprentissage de la propreté. Il faut renforcer ces actions préventives à l’école. Les médecins, les pédiatres, les infirmières, les pédopsychiatres et les chirurgiens pédiatriques devraient considérer les risques potentiels de constipation comme un problème de société. Enfin, des études détaillées sont nécessaires pour clarifier les effets de la consommation de fruits et légumes sur la constipation.

Sources et références :

  1. Inan M, Aydiner CY, Tokuc B, Aksu B, Ayvaz S, Ayhan S, Ceylan T, Basaran UN. Factors associated with childhood constipation. J Paediatr Child Health 2007;43:700-6.
  2. Southwell BR, King SK, Hutson JM. Chronic constipation in children: organic disorders are a major cause. J Pediatr Child Health 2005;41:1-15.
  3. de Aranjo Sant’Anna AM, Calçado AC. Constipation in school-aged children at public schools in Rio de Janeiro, Brazil. J Pediatr Gastroenterol Nutr 1999;29:190-3.
  4. Benninga M, Candy DC, Catto-Smith AG Clayden G, Loening-Baucke V, Di Lorenzo C, Nurko S, Staiano A. The Paris Consensus on Childhood Constipation Terminology (PACCT) Group. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2005;40:273-5.
  5. Ameuta M, Cascio MT, Di Flore P, Venturini I. Diet and chronic constipation. Benefits of oral supplementation with symbiotic zir fos (Bifidobacterium longum W11 L- F05 ctilight).Acta Biomed 2006;77:157-62.
  6. Aranceta J. Fruits and vegetables. Arch Latinoam Nutr 2004;54:65-71.
  7. Lee WT, I p KS, Chan JS, Lui NW, Young BW. Increased prevalence of constipation in preschool children is attributable to under-consumption of plant fonds: A community-based study. J Paediatr Child Health (In press)
  8. Comas Vives A, Polanco Allué I. Grupo de Trabajo Espanol para el Estudio del Estrenimiento en la Poblacién Infantil. Estudio caso-control de los factores de riesgo asociados al estrenimiento. Estudio FREI. An Pediatr (Bart). 2005;62:340-5.
  9. Dennison BA, Rockwell HL, Baker SL. Fruit and vegetable intake in young children. J Am Coll Nutr 1998;17:371-8

(Docteur Mustafa INAN, Université de Trakya, Edirne, Turquie - Equation Nutrition n°76 - Avril 2008)

SOURCE : APRIFEL

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s