Maladies cardiovasculaires : les acides gras saturés enfin réhabilités ?

lu 4656 fois

Des chercheurs de plus en plus nombreux dénoncent la chasse aux acides gras saturés, ouverte selon eux trop précipitamment et depuis trop longtemps. Après une cinquantaine d'années de recherches, de messages nutritionnels et de recommandations visant à réduire la part de ces acides gras dans l'alimentation, les maladies cardiovasculaires restent une des principales causes de décès dans les pays développés.

« Maladies cardiovasculaires : les acides gras saturés enfin réhabilités ? » - Crédit photo : www.afssa.fr Un article récent déplore que l’image du lait et des produits laitiers en ait souffert depuis un demi-siècle. Les travaux scientifiques remettent en question le lien entre ces acides gras et les maladies cardiovasculaires. Le rôle des « saturés » dans l’élévation du cholestérol sanguin n’est vraisemblablement pas aussi néfaste qu’on l’a proclamé : s’ils augmentent le cholestérol total, certains d’entre eux augmentent aussi le bon cholestérol (HDL) et diminuent même les taux de mauvais cholestérol (LDL) ainsi que les taux de lipoprotéines dangereuses pour les artères. Au total, leur action semble neutre vis-à-vis des vaisseaux s’ils sont consommés en quantités raisonnable bien sûr !

Argument supplémentaire : les enquêtes épidémiologiques ne donnent pas de preuve convaincante d’un rapport entre les acides gras saturés s’ils ne sont pas consommés en excès et les maladies cardiovasculaires... Les dogmes qui ternissent en particulier l’image du lait et des produits laitiers depuis un demi-siècle sont en train de se fissurer.

(International Dairy Journal. Sous presse : doi:10.1016/j.idairyj.2009.01.001.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s