Maigrir avec la micronutrition

lu 15787 fois

A l'occasion de la sortie du livre « Maigrir avec la Micronutrition », rencontre avec les auteurs, Laurence Benedetti et Didier Chos, deux médecins spécialisés en Micronutrition, qui nous expliquent l'intérêt de bénéficier d'un programme personnalisé en fonction de son profil et de s'intéresser aux carences en micronutriments pour favoriser une perte de poids toute en santé, et vous donnent leurs conseils et astuces pour « maigrir intelligent ».

Pourquoi écrire un livre sur les régimes, alors qu'il en existe déjà des dizaines. En quoi votre livre est-il celui qu'il faut lire ?

« Enfin un régime intelligent ? » - Crédit photo : www.biensur-sante.comLaurence Benedetti : parce que dans tous les livres qu'on a déjà pu lire, tout le monde est logé à la même enseigne et le programme proposé est le même pour tous. Qu'on soit une femme, qu'on soit un homme, qu'on mesure 1 m 50 ou 1 m 80, qu'on ait des parents diabétiques ou pas, ce n'est pas quelque chose de personnalisé, contrairement à ce que propose la Micronutrition.

Dans tous ces livres, on propose des régimes qui font perdre des kilos de façon extrêmement rapide (donc très tentants sur un plan commercial) mais en aucun cas qui apprennent aux patients à s'autonomiser vis à vis de leur poids. C'est pourtant quelque chose de primordial dans la phase de stabilisation, c'est-à-dire savoir se faire plaisir, mais aussi se réguler pour stabiliser son poids.

"La Micronutrition nous donne la clé pour ouvrir les verrous qui nous empêchent de maigrir"

Didier Chos : une des motivations importantes est que dans l'idée de régime, il y a la notion de restriction. L'expérience depuis une quinzaine d'année en Micronutrition montre qu'on ne met pas assez l'accent sur l'augmentation de la densité micronu-tritionnelle de l'alimentation qui peut être à même de répondre aux différents problèmes à l'origine du surpoids.

C'est un compromis entre les deux, entre l'assiette et le comportement alimentaire et ce qu'il manque dans la plupart des livres, c'est qu'on ne s'intéresse pas au contenu de l'assiette, à la richesse de toutes les molécules qui régulent une partie des problèmes de poids.

Pourquoi faire appel à la Micronutrition pour perdre du poids ?

Laurence Benedetti : la Micronutrition porte un regard sur les molécules (micronutriments : vitamines, minéraux, acides gras...) présentes dans notre assiette et sur la façon dont l'organisme les utilise. Elle nous permet de partir à la découverte des différents verrous qui nous empêchent de maigrir. Elle nous donne les clés pour ouvrir ces verrous, ta Micronutrition va nous permettre de perdre du poids en préservant notre santé physique et psychique.

"Il faut apprendre à gérer son stress"

Didier Chos : quand on parle de perte de poids et de régime, la partie énergétique de l'assiette est à chaque fois prise en compte. Mais ce qu'on apprend en Micronutrition, c'est que l'organisme aura moins besoin de calories quand on lui aura donné tout ce qu'il lui faut en micronutriments. C'est une notion qui n'est absolument pas connue, le besoin calorique augmente parce que les besoins micronutritionnels ne sont pas satisfaits. LB : par exemple, quand nous sommes fatigués, inconsciemment nous mangeons plus, alors que cette fatigue peut être due simplement à un déficit en fer.

Quel est l'intérêt d'avoir choisi 4 profils différents, plutôt qu'un seul, comme on peut souvent le voir dans les livres ?

Laurence Benedetti : nous sommes tous différents, nous avons voulu proposer un programme qui soit personnalisé. Nous essayons de cibler au mieux la personne que nous avons en face de nous pour détecter quels sont les déficits en micronutriments qui nous paraissent les plus évidents. Chez certains, ce sera plutôt les neuromédiateurs, chez d'autres ce sera le fer et le magnésium. D'autres auront une insuline paresseuse, ou encore un microbiote défectueux.

Quelle est la principale raison pour laquelle les gens ont du mal à perdre du poids ?

Didier Chos : parce qu'un certain nombre de troubles n'ont pas été corrigés, les gens ne peuvent alors pas supporter un régime. Cela peut être parce que les molécules du cerveau ne permettent pas de le tolérer et c'est le problème des troubles du comportement alimentaire.

Laurence Benedetti : il y a aussi la vie de tous les jours, les transports, le stress au travail, tes patientes peuvent avoir toutes les molécules nécessaires au niveau du cerveau, il faut leur apprendre à gérer leur stress sinon elles grignotent. Il est vrai aussi que la plupart des patientes doivent gérer à la fois leur emploi, leurs enfants et parfois des heures de trajet. Elles n'ont donc pas forcément le temps ou les idées pour pouvoir cuisiner de façon light, même si elles sont très motivées.

Votre livre est plein d'humour, surtout dans l'introduction et très déculpabilisant. Pensez-vous que c'est un des points forts, qui fait qu'un régime peut fonctionner ?

Laurence Benedetti : c'est LE point fort. Je pense que c'est beaucoup plus facile en consultation, de faire passer des messages avec de l'humour plutôt que d'imposer et dire « il faut faire ceci, il faut faire cela ». Déculpabiliser les patients est vraiment très important si on veut qu'ils réussissent à long terme.

Conseiller un modèle alimentaire à la baguette ça ne dure pas. On a à faire la plupart du temps à des adultes et il faut que la personne se sente motivée et la plus grande des motivations c'est le plaisir qu'elle va prendre. Donc ça passe d'évidence par une façon de faire et une façon de se comporter avec celui qui a des difficultés avec son poids. Déculpabiliser est un des éléments principaux du « maigrir intelligent ».

"Les envies de sucré peuvent être dues à un manque de sérotonine et non pas à un manque de volonté."

Didier Chos : on vient de parler du domaine de l'ambiance de stress dans lequel les gens de la vie moderne se trouvent. À partir du moment où es gens commencent à avoir un problème de poids, dont une grande partie est liée au stress ambiant, la culpabilisation c'est ajouter du stress au stress. LB : d'autant que les envies de sucré peuvent être dues à un manque de sérotonine et non pas à un manque de volonté, contrairement à ce que pensent certains patients.

La fin de votre livre est consacrée à des recettes light express. Pourquoi les avez-vous conçues ?

Laurence Benedetti : Je suis en permanence confrontée à des patientes qui rentrent tard le soir et qui, bien que motivées pour perdre du poids, se trouvent démunies au dernier moment. J'ai donc élaboré des recettes très faciles et très rapides à faire ainsi que des incontournables à avoir dans son réfrigérateur, ce qu'on a appelé "Le kit de survie".

On parle de programme alimentaire tout au long du livre et on finit par des recettes agréables, n'est-ce pas contradictoire ?

Laurence Benedetti : on répète aux patients qu'il ne faut pas manger sinistre, cela commence par éviter tout ce qui est allégé, en dehors de la crème, on ne mange pas de fromage blanc allégé, pas de yaourts allégés, ça ne sert à rien. Il ne faut pas que le patient ait l'impression d'être au régime, il faut qu'il puisse se faire plaisir. D'ailleurs, la cuisine sinistre n'est pas forcément une cuisine santé, les grillades en sont un exemple...

Didier Chos : j'aime bien ce que tu dis, parce que je pense qu'il faudrait pouvoir dire un jour que c'est un livre qui a eu envie de s'éloigner de la « sinistrose alimentaire » des régimes, accolée à la notion de « modèle alimentaire » pour perdre du poids.

Dernière question, qu'est-ce que vous auriez envie de dire à vos futurs lecteurs, pour qu'ils aient envie d'acheter votre livre ?

Laurence Benedetti : C'est le meilleur ! (rire) Non, plus sérieusement parce que les lecteurs vont apprendre à gérer leur poids en fonction de leur profil tout en apprenant des astuces d'alimentation santé. Chacun pourra se retrouver dans le livre et pourra trouver ses solutions propres.

Didier Chos : ce livre est vraiment fait pour les gens qui ont l'impression que tout ce qu'on leur propose ne leur est pas forcément destiné. S'ils ont plein de questions qui sont longtemps restées sans réponse, ils peuvent trouver leurs réponses dans ce livre.

Les auteurs

Le Dr Laurence Benedetti est médecin généraliste, spécialiste de la nutrition appliquée au surpoids.

Président de l'Institut européen de diététique et micronutrition (IEDM), médecin du sport, coach nutritionnel de l'équipe de France de natation, le Dr Didier Chos est l'un des fondateurs de la nutrition médicalisée (micronutrition).

Découvrir le livre « Maigrir avec la micronutrition », de Laurence Benedetti et Didier Chos aux Editions First, 272 pages.

(D'après Le Trait d'Union n°20, mars 2010 - www.pileje-micronutrition.fr)

Source : Alexandre Glouchkoff

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s