Magnésium et fibres céréalières contre le diabète

lu 6684 fois

Les arguments en faveur des céréales complètes dépassent largement le seul cadre du transit intestinal. Leur rôle dans la prévention d'un des grands défis sanitaires annoncés, à savoir le diabète de type 2, apparaît de plus en plus évident.

Le diabète de type 2 est en plein boum : à l'échelle de la planète, le nombre de personnes concerné devrait doubler en moins de 30 ans, et atteindre quelque 370 millions en 2030 (contre 171 millions en 2000). L'alimentation est reconnue comme ayant un rôle important dans la survenue de cette pathologie, mais son potentiel préventif - qui pour l'heure est basé presque exclusivement sur le contrôle du poids - est encore largement sous-exploité. D'où l'intérêt de cette nouvelle étude menée par une équipe de Nuthetal, en Allemagne, qui vient conforter le rôle de certaines fibres alimentaires pour moduler le risque de diabète de type 2.

Moins 27 % en 7 ans

Les chercheurs germaniques ont enrôlé dans leur étude 9202 hommes et 15365 femmes âgés de 35 à 65 ans. Les participants ont complété un questionnaire alimentaire et ont été suivis pendant une durée moyenne de 7 ans, au cours de laquelle 844 cas de diabètes ont été diagnostiqués.

Les résultats indiquent que la consommation fibres d'origine céréalière (céréales, pain et autre produits céréaliers) est associée à un risque moindre de développer l'affection : les personnes qui mangent le plus de fibres céréalières (en moyenne 29 grammes par jour) ont un risque de diabète qui est 27 % plus faible que celles qui en consommant le moins (15,1 grammes en moyenne). La consommation de fibres totales ou de fibres venant des fruits et des légumes ne montre pas d'association avec le risque de diabète.

Magnésium dans le grain

L'effet protecteur semble donc cantonné aux fibres de céréales, sans que l'on puisse réellement expliquer le pourquoi. On sait que les fibres peuvent influencer favorablement le taux de sucre dans le sang, en limitant l'ampleur des fluctuations après un repas. Mais ceci n'est pas spécifique aux fibres céréalières. Par ailleurs, les fibres céréalières traduisent aussi la présence d'autres nutriments intéressant dans l'alimentation, dont le magnésium, qui s'est vu lui aussi associé à un risque réduit de diabète.

Dans l'étude allemande, aucun lien n'apparaît entre diabète de type 2 et apport en magnésium. Les auteurs ont cependant procédé à une méta-analyse, reprenant 9 études sur les fibres et huit sur le magnésium. Il en ressort que ceux qui consomment le plus de fibres céréalières voient leur risque de diabète réduit de 33 %, et ceux qui ingèrent le plus de magnésium voient leur risque de diabète diminué de 23 %, par rapport à ceux qui en consomment le moins. Que la magnésium soit un acteur isolé ou non, voilà encore des arguments pour préférer les produits céréaliers à base de céréales complètes.

Sources et références :

  • Archives of Internal Medicine du 14 mai 2007.

(Par Nicolas Guggenbühl, Diététicien Nutritionniste, " HEALTH & FOOD " News du 16 mai 2007)

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s