Lutter contre la sédentarité et prévenir le surpoids chez l'adolescent, c'est possible...

lu 5057 fois

L'Institut Français pour la Nutrition (IFN) a organisé le mardi 7 avril une conférence pour présenter les résultats de l'étude ICAPS (Intervention auprès des Collégiens ciblant l'Activité Physique et la Sédentarité), menée de 2002 à 2006 auprès de 954 collégiens du Bas-Rhin, dont l'objectif est la lutte contre la sédentarité et la prévention du surpoids chez l'adolescent.

« Lutter contre la sédentarité et prévenir le surpoids chez l’adolescent, c’est possible... » - Crédit Photo : www.sante-jeunes.org En association avec les habitudes alimentaires, la pratique régulière d’une activité physique est impliquée dans la prévention de bon nombre de pathologies. Or le niveau d’activité physique est de moins en moins important chez les jeunes. Différentes études suggèrent en effet une diminution du niveau d’activité physique des enfants et des adolescents de près de 40% en quelques décennies.

Jusqu’à présent, les études de prévention de longue durée promouvant l’activité physique ont montré des effets limités sur le poids. L’étude ICAPS (Intervention auprès des Collégiens ciblant l’Activité Physique et la Sédentarité) a eu l’originalité de combiner des approches éducationnelles, sociales et environnementales, avec un fort ancrage sur les établissements scolaires. Elle a été menée de 2002 à 2006 auprès de 954 collégiens du Bas-Rhin. Au collège et en périscolaire, des activités physiques variées, facilement accessibles et ludiques, ont été proposées aux adolescents par des intervenants brevetés d’état. Ils ont aussi participé à des groupes de réflexion et d’éducation à la santé sur les thèmes de l’activité physique et de la sédentarité. Les enseignants de différentes disciplines ont par ailleurs été impliqués dans le projet pour relayer le message « bouger ».

La proportion de collégiens ne faisant pas d’activité physique en dehors des cours d’éducation physique et sportive obligatoires a ainsi été réduite de façon significative : au terme des 4 ans, 79% des adolescents bénéficiant de l’intervention pratiquaient au moins une activité physique encadrée, contre 47% des élèves ’témoins’.

Parallèlement, l’intervention a limité la prise de poids observée au cours de l’adolescence. L’effet étant plus net chez les enfants qui n’avaient pas de surpoids au départ. Chez ces derniers, l’intervention a diminué de près de 50% le risque d’être en surpoids au terme des 4 années de suivi.

Plus généralement, les résultats de cette étude, fruit d’un large partenariat et d’une mobilisation collective, démontrent que la prévention de la sédentarité et de l’obésité chez l’adolescent est possible. Il reste désormais à démontrer que ces effets persistent à long terme. C’est ce que s’attache à étudier ICAPS 2 qui vient d’être lancée avec pour objectif de suivre la cohorte des élèves des collèges "action" et "témoins", à distance de l’intervention.

Pour de plus amples informations, consulter l’intégralité de la publication dans la Lettre scientifique : n°134 - Avril 2009

(Chantal Simon, Université de Lyon, Université de Strasbourg - "Lutter contre la sédentarité et prévenir le surpoids chez l’adolescent, c’est possible: résultats à long-terme de l’étude randomisée ICAPS" - Conférence IFN du 07 avril 2009)

SOURCE : Institut Français pour la Nutrition

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s