Lutter contre la carence en fer avec du maïs génétiquement modifié

lu 2623 fois

La cause des cultures génétiquement modifiées a été vigoureusement défendue par ceux qui soutiennent qu'elles pourraient garantir un approvisionnement alimentaire sûr dans les pays en développement, par exemple en stimulant leur rendement ou en permettant aux cultures de survivre dans un environnement aride.

Des scientifiques de l'université d'Aix-la-Chapelle (Allemagne) ont renforcé cette thèse en affirmant que le maïs génétiquement modifié pouvait être utilisé pour lutter contre la carence en fer dans les pays en développement.

Près de deux milliards de personnes, principalement des femmes et des enfants, vivant dans des pays en développement, souffrent d'une carence en fer dans leur alimentation, ce qui peut causer l'anémie, empêcher la croissance des enfants et engendrer une fatigue chronique chez l'adulte.

Le Dr. Eva Stoger et son équipe de l'université d'Aix-la-Chapelle ont modifié du maïs en ajoutant à son ADN deux gènes provenant du soja et du champignon Aspergillus niger. Ensemble, les deux gènes sont capables de retenir le fer du sol et de le transformer de façon à pouvoir être assimilé par l'être humain.

Le gène de soja produit une protéine qui se lie au fer absorbé du sol par les plantes. Néanmoins, une fois dans la plante, ce fer peut devenir inaccessible de sorte que les personnes consommant la plante n'assimileront pas le fer. Le gène fongique résout ce problème en rendant ce fer disponible aux consommateurs.

L'équipe du Dr. Stoger, dont les recherches ont été publiées dans le numéro de décembre de la revue "Plant Molecular Biology", affirme que les tests réalisés montrent que la capacité d'absorption de fer des cellules intestinales humaines est trois fois supérieure lorsqu'on utilise du maïs génétiquement modifié par rapport à du maïs non modifié. L'équipe ajoute que la farine de maïs contenant le gène fongique serait bénéfique pour les communautés qui n'ont pas accès à d'autres nutriments, tels que l'acide ascorbique.

Des études sur les effets secondaires éventuels de cette modification seront menées ultérieurement.

Source : Copyright © Communautés européennes, 2006

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s