Loi anti mannequin trop maigre, l'arbre qui cache la forêt ?

lu 7750 fois

Loi anti mannequin trop maigre, l'arbre qui cache la forêt ?

On en parle et on en re parle, la loi anti mannequin trop maigre fait des vagues ! Mais qu'en pensent les rondes ? Catherine Lemoine, rédactrice en chef du magazine mode grande taille, donne son avis dans une tribune : « On se trompe de combat en désignant les mannequins maigres comme grands responsables du malaise des femmes par rapport à leur corps... C'est un peu comme rendre les frites responsables de l'épidémie d'obésité. C'est rassurant car c'est simple. »

Quel est le principal message que renvoient tous ces mannequins squelettiques ?

Nous sommes aujourd'hui passés dans une nouvelle ère en ce qui concerne les mannequins. Les Top Models stars des années 1990/2000 sont loin derrière nous. A l'époque, on demandait à la fille d'être jolie, d'avoir une personnalité, d'avoir de la poitrine, des formes.

Aujourd'hui, les mannequins sont des sortes de porte-manteaux sur pattes... C'est comme dans une boutique... Le porte-manteau, c'est important, mais s'il attire plus l'attention que le vêtement... Ce n'est pas l'effet recherché ! Le mannequin doit donc totalement disparaître pour ne montrer que le vêtement.

Et puis, il y a autre chose, il est beaucoup plus facile pour un créateur d'habiller une femme en taille zéro qu'une femme qui a des formes... Tout peut être standardisé... Pas de problème pour savoir si le sein est en forme de pomme ou de poire pour faire la pince de poitrine au bon endroit !

Ce qui est problématique, c'est que ce type de physique devient l'étalon mètre (maître?) pour toutes les femmes. Or, la plupart des mannequins que l'on peut voir dans nos magazines sont de très jeunes filles, pas des femmes.

On voit le vêtement porté par le mannequin, on a envie de retrouver la même chose sur soi et c'est impossible. C'est la déception... On devrait être déçue de constater que le créateur n'a pas le talent nécessaire pour assurer le même travail sur une taille zéro que sur un 40/42 ou plus... Mais on ne remet pas en question son travail, mais notre corps. Il n'est jamais assez parfait, c'est la guerre!

Le vêtement n'est plus là pour habiller le corps des femmes... C'est au corps des femmes de s'adapter à ce dernier.

Devoir faire une loi "anti­maigreur", une bonne idée ?

Ce projet de loi, c'est un peu l'arlésienne... Cela fait des années qu'on en parle. Je trouve qu'il y a une grande hypocrisie derrière tout cela et que l'on n'aborde pas le sujet sous le bon angle.

Ce qui pose problème, ce n'est pas qu'il y ait des mannequins maigres... C'est plutôt le fait que les mannequins soient TOUS maigres.

Certes, il faut lutter contre tout ce qui favorise ou encourage l'anorexie. Mais attention, de la même façon que la guerre contre l'obésité ne doit pas se transformer en guerre contre les obèses, lutter contre l'apologie de l'anorexie ce n'est pas faire la guerre aux personnes maigres !

Je pense qu'il faut plus d'ambition car la santé, ce n'est pas seulement d'être trop maigre ou trop gros. Il y a également une question d'enjeu de santé publique sur ce qui concerne la représentation du corps des femmes.

Les femmes livrent un combat incessant contre leur corps... Régimes, chirurgie, sport intensif, etc. Pour rester au top, c'est un job à temps plein qui demande également de gros moyens. Il faudrait que nous soyons toujours comme ces stars que l'on peut voir à la une des magazines ou à la télévision. Manucure toute fraiche, maquillage parfait, vêtements triés sur le volet (si possible de la marque), avoir l'air de sortir de chez le coiffeur dès le réveil, rester jeune et très mince... STOP !

Si on voyait dans les magazines des corps différents les uns des autres, nous serions probablement moins exigeantes avec nous-mêmes et sans doute moins déprimées...

C'est cette "normalisation" qui nous fait nous sentir systématiquement "anormales" et courir après ce qui n'est qu'un leurre.

Il y a, par exemple, quelque chose de totalement décalé dans le fait de vendre des vêtements grande taille en les présentant sur des mannequins taille 38... C'est la même chose pour la mode sénior. Les mannequins ont au plus 25 ans, n'ont pas un poil de ventre, pas une ride, etc.

Cette loi s'inscrivait dans une loi santé... Alors parlons santé... Mais parlons-en vraiment !

Pour quelles raisons le projet de loi a-t-il été rejeté ?

Alors même que le projet de loi était présenté, nous savions déjà qu'il serait rejeté. La maigreur comme unique critère, cela ne veut rien dire. Il y a des personnes génétiquement programmées pour être maigres, d'autres plus rondes... Faut-il leur interdire les podiums pour autant ?

Encore une fois, on se trompe de combat en désignant les mannequins maigres comme grands responsables du malaise de femmes par rapport à leur corps... C'est un peu comme rendre les frites responsables de l'épidémie d'obésité. C'est rassurant car c'est simple. On a trouvé le mauvais objet... Mais c'est faux!

L'image que renvoient ces mannequins maigres est-elle si importante qu'on le prétend ? Et l'image de la mode de manière globale ?

Comme je le disais, c'est capital. La représentation du corps de la femme est un sujet essentiel car c'est sur ces représentations que notre inconscient construit l'image à laquelle on doit ressembler pour être "normale". Encore une fois, ce ne sont pas les mannequins maigres qui posent problème, c'est le fait qu'ils soient la seule référence.

La mode doit faire rêver, mais les clientes ne sont plus prêtes à tout accepter. En revanche, les plus jeunes, les adolescentes, bien entendu, mais également les petites filles, sont très influencées par ces images. Elles veulent leur ressembler car pour elles, c'est la norme, il n'y a pas d'alternative. Le vrai danger est là.

Que pensez de la principale raison qui a engendré le refus de ce projet de loi ?

De nombreux députés, à gauche comme à droite, ont considéré qu'une telle interdiction, proposée par le rapporteur du projet de loi pour combattre la course à la minceur extrême et l'anorexie, le député PS Olivier Véran, introduirait une discrimination à l’embauche...

Ils ont raison ! Cela prouve que cette loi simpliste n'est pas la bonne ! La santé d'une personne ne se résume pas à son poids et ce qui est à combattre, c'est moins la maigreur des mannequins que le fait qu'il nous soit imposé un visage unique de ce qui est sensé être beau !

Si nous avions dans nos magazines des mannequins taille zéro à côté d'autres en taille 40, 48, 54 et plus, des mannequins de tous les âges, de toutes les origines, alors la question ne se poserait pas et personne n'aurait imaginé une loi de ce genre!

Si j'étais au gouvernement, je ne proposerais pas de loi concernant les mannequins maigres car ce n'est pas le sujet. Le véritable sujet rejoint celui de la stigmatisation et des discriminations.

La solution est bien compliquée à trouver... Prenez les journaux télévisés, par exemple... Il a fallu du temps pour enfin voir autre chose qu'un présentateur blanc... Et il n'y a toujours pas une ronde alors que 40 % des femmes s'habillent dans des tailles 44 et plus!

On peut agir sur les critères d'embauche et rappeler à l'industrie de la mode, mais également aux médias, que le physique n'est pas un critère, que seules les compétences comptent.

Mais surtout, c'est aux femmes de refuser d'entrer dans ce carcan qu'on leur impose et de changer leur regard sur tout cela et sur elles-mêmes !

Il y a également quelque chose qui relève de l'éducation. Nous devons transmettre à nos enfants (pas seulement nous les femmes, mais nous, la société) des valeurs où la norme ce n'est pas seulement d'être jeune, ultra mince et blanc.

Il faut ensuite se poser une vraie question en matière de santé publique : Quel est l'impact non pas de la minceur/maigreur, mais de l'image de corps systématiquement maigres, jeunes et de préférence blancs, sans aucune alternative, sur la santé des hommes et des femmes ?

Chez les rondes, que pense t-on de tout cela ?

Chez les rondes, on commence à entendre quelque chose qui pourrait ressembler à "Hey les marques grande taille... Assumez vos clientes et arrêtez de nous montrer les vêtements sur des tailles 38... On ne voit pas du tout à quoi on ressemblera, cela ne nous permet pas de nous projeter."

Les femmes rondes sont un peu en avance sur tout cela. Elles vivent la stigmatisation au quotidien pour bon nombre d'entre-elles... Parfois ce sont des insultes gratuites, mais c'est également plus sournois... Comme par exemple le fait de faire un 42/44 et ne pas pouvoir s'habiller car on a juste pris un peu de ventre au moment de la ménopause.

Quant aux plus rondes, il y a longtemps qu'elles ont compris que les magazines ne s'adressaient pas à elles !

(Par Catherine Lemoine, rédactrice en chef du magazine de mode Ma Grande Taille)

SOURCE : Ma Grande Taille

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s