Les vitamines peuvent-elles prolonger la vie ? Possible, sous certaines conditions

lu 2894 fois

Les vitamines antioxydatives - comme les vitamines C et E ainsi que la provitamine A (bétacarotène) - peuvent-elles prévenir les cancers et autres maladies chroniques et ainsi prolonger la vie? Une étude récente va dans ce sens et précise que les vitamines pourraient jouer un rôle très important dans la prévention de ces maladies. Dans le cadre d'un projet de recherche paneuropéen, les chercheurs ont étudié le cas de 23943 hommes et femmes, au centre de recherches sur le cancer de Heidelberg (1).

Les résultats de cette étude observationnelle ont montré que les individus consommant déjà régulièrement des vitamines antioxydatives au début de l'étude présentaient un risque significativement réduit de décéder d'un cancer ainsi qu'un taux de mortalité globalement plus faible par rapport aux sujets qui ne consommaient pas de suppléments de multivitamines. Les avantages et les inconvénients des compléments alimentaires à base de vitamines et de minéraux visant à prévenir les maladies de civilisations comme le cancer et les maladies cardio-vasculaires, ou à réduire le taux de mortalité global, sont depuis longtemps l'objet de nombreuses études et restent toujours sujets à controverse. La prévention et le développement de ces maladies chroniques pouvant dépendre de nombreux facteurs, il est généralement difficile de démontrer ce qui a réellement eu un effet préventif. La durée de vie est probablement influencée par la somme de différents éléments du mode de vie et de facteurs génétiques. L'étude révèle que les consommateurs de compléments alimentaires semblent généralement mener une vie plus active et être plus soucieux de leur santé.

Quant aux études contradictoires sur ce sujet, les chercheurs y apportent plusieurs explications. Les effets préventifs des compléments alimentaires ne sont pas aussi faciles à mesurer, voire à prouver, que l'action thérapeutique d'un médicament. Mais en dehors de ce problème fondamental, la consommation constatée des individus au début d'une étude semble être déterminante : chez les participants dont la consommation de vitamine est, dès le départ, suffisante, aucun effet préventif n'est constaté lors d'un apport supplémentaire. Les compléments alimentaires semblent n'être utiles d'un point de vue sanitaire que pour les personnes souffrant de carences.

Les facteurs génétiques peuvent également influencer l'efficacité et la nécessité des vitamines. Des études récentes montrent que les individus présentant certaines variantes génétiques (polymorphismes) pour les enzymes responsables du métabolisme des vitamines ne peuvent utiliser ces oligo-éléments que de façon limitée (2,3). De même, les individus possédant cette variante très commune peuvent présenter un besoin accru en vitamines et ainsi tirer profit d'un apport supplémentaire.

Selon les chercheurs, les autres facteurs potentiels ainsi que la date d'apparition de la maladie doivent impérativement être pris en compte dans l'interprétation des résultats de ces études qui, au premier abord, peuvent suggérer un lien possible entre un apport accru en vitamines et des effets néfastes sur la santé. Dans l'étude en question par exemple, un risque accru de décès a été remarqué chez les participants ayant débuté un traitement de vitamines au cours de l'étude. Selon les chercheurs, ce n'était pas dû aux effets des vitamines mais au fait que ces individus avaient eu recours à des préparations vitaminées après être tombés malades au cours de l'étude. Il était donc déjà trop tard pour tirer partie de tout effet préventif potentiel

Références

  1. Li K. et al. Vitamin/mineral supplementation and cancer, cardiovascular, and all-cause mortality in a German prospective cohort (EPIC-Heidelberg). European Journal of Nutrition. July 2011.
  2. Blum S. et al. Vitamin E reduces cardiovascular disease in individuals with diabetes mellitus and the haptoglobin 2-2 genotype. Pharmacogenomics. 2010; 11(5): 675-684.
  3. Eric B. Rimm and Meir J. Stampfer. Folate and cardiovascular disease: one size does not fi t all. http://www.thelancet.com, published online August 1, 2011.

SOURCE : PR Newswire

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s