Les troubles fonctionnels intestinaux (TFI)

lu 6046 fois

Les troubles fonctionnels intestinaux (TFI) perturbent l'existence de plusieurs millions de personnes en France. L'alimentation peut-elle jouer un rôle pathogène dans l'apparition de ces troubles ?

Plusieurs études montrent que ni un apport supplémentaire en fibres ni un régime d'exclusion de certains aliments ne suffisent à entraîner un véritable bénéfice symptomatique. Seule une hygiène alimentaire globale semble pouvoir permettre d'atténuer les TFI.

Les troubles fonctionnels intestinaux (TFI), ou syndrome de l’intestin irritable, désignent l’ensemble des manifestations fonctionnelles présumées intestinales à évolution chronique. Leur perception et leur retentissement quotidien restent très variables selon les individus. Ces troubles, habituellement associés à des ballonnements ou une sensation de distension abdominale, se caractérisent généralement par les signes suivants (critères de Rome) :

- Douleur ou inconfort abdominal soulagé par la défécation ou associé à une modification de la fréquence ou consistance des selles.
- Troubles de la défécation avec deux ou plus des signes suivants :

  • modification de la fréquence des selles
  • modification de la consistance des selles
  • difficulté d’évacuation
  • sensation d’évacuation incomplète
  • passage de mucus

Ces critères doivent être présents depuis trois mois ou être récidivants.

Même s’ils ne mettent pas en jeu le pronostic vital, les TFI perturbent l’existence des patients : leur prévalence est de 29% dans la population des pays industrialisés avec une nette prédominance féminine. On estime à 28 millions, en France, le nombre de personnes présentant des TFI, dont la moitié (12,5 millions) se déclarent gênées.

Les mesures hygiénodiététiques constituent l'essentiel de la prise en charge des TFI. Elles consistent à conseiller la prise de repas dans le calme (une vingtaine de minutes au minimum, sans travailler), avec une mastication suffisante et une bonne hydratation de 1,5 à 2 litres par jour. Après un grand engouement pour l’enrichissement en fibres du régime des TFI, cette mesure ne peut plus être considérée comme remarquablement efficace.

Généralement, mise à part l’exclusion d’aliments favorisant les fermentations (légumes secs, haricots blancs, choux, … aliments très sucrés) et les aliments trop gras pour les dyspeptiques, aucun régime ne doit être recommandé à ces patients.

SOURCE : Institut Danone

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s